Nantes: Où en est le projet d'Arbre aux hérons?

CULTURE Les partenaires privés sont de plus en plus nombreux à soutenir l'ambitieux projet...

Frédéric Brenon

— 

Le projet d'Arbre aux hérons est exposé à la Galerie des machines.
Le projet d'Arbre aux hérons est exposé à la Galerie des machines. — F.Brenon/20Minutes
  • La construction de l'Arbre, qui doit démarrer en 2019, coûte 35 millions d'euros.
  • Une campagne de financement participatif sera lancée en février auprès du grand public.

On le sait depuis juillet 2016, l’ambitieux projet d’Arbre aux hérons, porté par les créateurs des Machines de l’île, verra le jour à l’horizon 2021. La structure métallique et végétalisée de 35 mètres de haut sera construite sur le site de l’ancienne carrière Miséry, au bas Chantenay. Où en est-on depuis cette annonce ?

Le financement du projet, évalué à 35 millions d’euros, « avance bien », selon Pierre Oréfice, directeur des Machines. L’enjeu étant qu’au moins un tiers de cette somme soit apporté par des partenaires privés, le reste étant à la charge de Nantes métropole et d’autres collectivités.

Chaque branche a trouvé son parrain

Un fonds de dotation piloté par la chambre de commerce et d’industrie (CCI), dont le but est de mobiliser des acteurs locaux, va entrer en action ces prochains jours. Vingt-deux entreprises se sont déjà engagées à verser chacune 50.000 euros pour le parrainage d’une des 22 branches du futur arbre, soit un total de 1,1 million d’euros. Le Crédit mutuel a, par ailleurs, promis d’offrir 1,5 million d’euros pour les études de faisabilité. « Ce n’est pas fini. On se donne deux ans pour trouver d’autres gros partenaires de ce type », indique Pierre Oréfice.

Le site de la carrière Miséry à Nantes.
Le site de la carrière Miséry à Nantes. - F.Brenon/20Minutes

Les Machines espèrent aussi lever des fonds auprès du grand public, via une campagne de financement participatif. Celle-ci sera lancée en février pour une durée de six semaines sur la plateforme américaine Kickstarter. La campagne sera validée si le seuil de 200.000 euros récoltés est atteint.

« C’est l’objectif minimum. Au-delà, on n’a aucune idée jusqu’où ça peut aller. Certaines campagnes montent très très haut, d’autres non. On pense que ça peut bien marcher à l’international. On peut même avoir davantage de soutien aux Etats-Unis, où on a tissé de nombreux relais ces dernières années avec le réseau des Maker Faire, qu’en France. » Les participants bénéficieront de diverses contreparties.

Des nouveaux éléments dévoilés en février

Côté artistique, François Delarozière et Pierre Oréfice continuent « d’avancer sur le contenu » qui peuplera et animera l’arbre. Des nouveaux éléments définitifs, créatures mais aussi morceaux de structure du futur arbre, seront d’ailleurs dévoilés en février lors de la réouverture hivernale de la Galerie des Machines. Des études de sol vont aussi être réalisées ces prochains jours sur la carrière Miséry avec Nantes métropole aménagement. Les travaux sont prévus pour débuter fin 2019.

Dessin du projet d'Arbre aux hérons réalisé par Stéphan Muntaner pour les Machines de l'île.
Dessin du projet d'Arbre aux hérons réalisé par Stéphan Muntaner pour les Machines de l'île. - F.Brenon/20Minutes

Exposé en maquette dans l’actuelle Galerie des Machines, l’Arbre aux hérons serait une structure monumentale de 50 m de diamètre, 35 m de haut, sur laquelle 400 personnes pourraient déambuler en même temps. Elle disposerait de branches végétalisées reliées par des passerelles, belvédères et insectes mécaniques mobiles. A son sommet, deux hérons embarqueraient des visiteurs pour un vol circulaire.