Nantes: A quoi ressemblera le nouveau stade du FCN ?

URBANISME Les principaux contours du nouveau stade privé de la Beaujoire se dessinent…

Frédéric Brenon

— 

Le stade de la Beaujoire à Nantes.
Le stade de la Beaujoire à Nantes. — F.Perry/AFP
  • Se voulant à la pointe de la modernité, le nouveau stade pourra accueillir des compétitions internationales.
  • Le projet comporte aussi la création d'un «lieu de vie» pour animer le site en dehors des matchs. 

Le FC Nantes aura donc un nouveau stade à l’horizon 2022. La métropole a donné mardi son accord pour la vente du terrain de la Beaujoire aux porteurs du projet, le groupe immobilier Réalités et le président du FC Nantes Waldemar Kita. L’actuel stade de la Beaujoire, lui, sera démoli.

Mais à quoi ressemblera donc la nouvelle enceinte désirée par Waldemar Kita « depuis 10 ans » ? Si ses caractéristiques ne seront pas dévoilées avant la fin du premier trimestre 2018, on connaît déjà plusieurs aspects du projet.

« On veut que le kop s’éclate »

Le stade fera 40.000 places. La métropole a exigé de ne pas descendre en dessous de la capacité actuelle de la Beaujoire (34.500) et les porteurs du projet n’envisagent pas d’augmenter outre mesure une jauge qui, déjà, se remplit rarement. Il sera « pratique, fonctionnel », annoncent Réalités et Waldemar Kita, très attachés à la facilité d’accès et au bon écoulement des flux de spectateurs, l’un des atouts de la Beaujoire.

>> A lire aussi : FC Nantes: «Dans deux ou trois ans, ça va être une obligation d’être européen», selon Waldemar Kita

Se voulant à la pointe de la modernité, il répondra aux dernières normes UEFA, notamment en ce qui concerne la sécurité et l’hygiène (sanitaires, etc.). Il pourra donc accueillir des rencontres internationales.

Le nouveau stade sera « confortable » avec moins de prise au vent que le stade actuel et une toiture qui couvrira l’ensemble des sièges, y compris les plus bas, contrairement à la Beaujoire. Une « attention importante » sera portée à l’ambiance. « On veut un stade vivant, qui garde l’effet marmite et fasse du bruit, explique Yoann Joubert, patron de Réalités. Il faut que le kop s’éclate. On veut absolument rencontrer les groupes de supporters pour recueillir leurs avis. »

Pas de toit rétractable

Le nombre d’espaces consacrés aux partenaires (loges, salons, salle de réception) sera augmenté, afin de permettre de générer des revenus supplémentaires par rapport au stade actuel. La nouvelle enceinte ne devrait pas être équipée d’un toit rétractable pouvant couvrir le terrain lors de grand froid ou d’événements spécifiques, à l’image du stade Pierre-Mauroy à Lille. « C’est excessivement cher. Et combien de fois le ferment-ils chaque année ? », s’interroge Waldemar Kita, qui envisage toutefois une utilisation « multidisciplinaire ».

L’esthétique du stade a également l’air de beaucoup compter pour le président du FC Nantes. « Ce sera un très beau stade. Le plus joli, le plus moderne, le plus beau projet de France », a répété Waldemar Kita avec assurance.

Côté loisirs, une boutique et un musée dédié à l’histoire du FCN seront intégrés au bâtiment. Quant au stationnement, il sera en partie positionné dans un parking à étages, en silo extérieur ou souterrain (plus cher à construire).

« On est très attentif à ce qui s’est fait ailleurs. On a déjà rencontré des gens à Lyon, Nice, Turin mais aussi en Allemagne et en Suisse », précise Yoann Joubert. Une douzaine de personnes travaillent à plein-temps sur le projet chez Réalités.

Un « véritable lieu de vie » autour

Mais le nouveau stade ne sera pas seul à la Beaujoire. Le projet porté par Yello Park comprend aussi la création d’un « véritable lieu de vie urbain » autour de l’enceinte afin que le site soit animé en dehors des matchs. « C’est un point essentiel pour nous, insiste le patron de Réalités. C’est aussi un défi. »

Entre 1.500 et 2.000 logements sont ainsi prévus juste à côté, mais aussi des bureaux, un parc, un food court, quelques commerces de proximité, des activités para-médicales, une maison de retraite et une école. « Pourquoi pas un cinéma ? La programmation n’est pas aboutie, plein de choses sont possibles », précise Yoann Joubert. Une concertation publique débute en novembre.

>> A lire aussi : Nantes: Pour dire oui au nouveau stade, la métropole a imposé ses conditions