Maine-et-Loire: Très attendu, le premier bébé rhinocéros noir né en France n'a pas survécu

ANIMAUX La naissance, qui ne s'est pas déroulée comme prévu, a eu lieu dimanche soir au Bioparc de Doué-La-Fontaine, dans le Maine-et-Loire...

Julie Urbach

— 

Illustration d'un rhinocéros noir
Illustration d'un rhinocéros noir — NEWMAN MARK/SIPA
  • Un bébé rhinocéros noir est né, dimanche soir, au Bioparc. Il n'a malheureusement pas survécu à la mise bas.
  • L'événement était très attendu car cette naissance devait être une première dans un zoo français.

Coup dur pour les équipes du Bioparc de Doué-la-Fontaine. Alors que l’événement était très attendu, la naissance du petit rhinocéros noir, dimanche soir, ne s’est pas passée comme prévu. Le parc zoologique, situé dans le Maine-et-Loire, a annoncé lundi que le bébé n’avait pas survécu. L’animal devait être le premier de son espèce à naître en captivité dans un zoo français.

Après 15 mois et demi d’une gestation « sous haute surveillance », les équipes avaient isolé Tisa, la maman, dans une loge équipée de plusieurs caméras. « Une partie du placenta est apparue au rythme des contractions mais les pattes avant ont tardé à se présenter ce qui a prolongé le travail. À la naissance, le petit était en vie mais ne se levait pas malgré les sollicitations attentives de sa mère. Il a cessé de respirer quelques minutes plus tard », explique le parc sur sa page Facebook.

>> A lire aussi : Le bébé panda de Beauval fête son premier mois en dépassant le kilo

Une nouvelle gestation ?

Le nouveau-né, qui souffrait d’un manque d’oxygénation de son cerveau, n’a pas pu être réanimé par les vétérinaires et soigneurs. La maman, âgée de 23 ans, est quant à elle en bonne santé. « Tisa devrait naturellement entrer à nouveau en chaleurs rapidement, permettant ainsi de nouveaux accouplements avec son compagnon Kata-Kata et, nous l’espérons, une nouvelle gestation », indique le parc.

Une note d’optimisme alors que le rhinocéros noir est une espèce en voie d’extinction. Leur reproduction en parcs zoologiques « est extrêmement complexe », indique le Bioparc, qui en accueille depuis 2005.