Manifestation à Nantes: Grosse mobilisation et quelques débordements

SOCIAL La manifestation contre la réforme du travail s'est élancée vers 15h...

F.B.

— 

Entre 6.500 personnes, selon la police, et 15.000 personnes, selon les syndicats, ont manifesté à Nantes le 12 septembre 2017.
Entre 6.500 personnes, selon la police, et 15.000 personnes, selon les syndicats, ont manifesté à Nantes le 12 septembre 2017. — F.Brenon/20Minutes

Les syndicats CGT, FSU, Solidaires et l’Unef, qui organisaient cette première manifestation depuis la rentrée, se disent « très satisfaits » de la mobilisation. Entre 15.000 personnes, selon la CGT, et 6.500 personnes, selon la police, ont manifesté cet après-midi dans les rues du centre-ville de Nantes pour exprimer leur opposition aux ordonnances réformant le droit du travail.

Des manifestants prolongent la manifestation

La manifestation s’est élancée de la place du Commerce peu avant 15h puis a traversé calmement l’hyper centre-ville via le cours des 50-Otages et la rue Henri IV. Le cortège syndical s’est arrêté vers 16h30 à proximité du square Daviais mais plusieurs centaines de personnes ont décidé de poursuivre, de manière désordonnée, autour de l’île Feydeau.

C’est à ce moment-là que les choses ont dérapé. Les forces de l’ordre ont fait usage à plusieurs reprises de gaz lacrymogènes pour disperser la foule trop pressante à proximité des commerces. Les vitrines du McDonald’s du Carré feydeau et du Carrefour market voisin ont été dégradées par des jets de pierre. Plusieurs éléments de mobilier urbain ont été brisés.

Le face à face avec les forces de l’ordre s’est poursuivi jusqu’à 18h30 environ. Au total, neuf personnes ont été interpellées, rapporte la police. Deux policiers ont également été légèrement blessés par des jets de projectiles.

Transports en commun très perturbés

Comme prévu, les transports en commun de la Semitan ont été fortement perturbés. Les lignes de tramway, bus et busway transitant par le centre-ville ont été coupées en centre-ville depuis 13h et jusqu’à la fin de la manifestation.

Compte tenu des mauvaises habitudes nantaises en la matière, la préfecture de Loire-Atlantique craignait des débordements. Le transport d’objets pouvant constituer une arme a été interdit en centre-ville par un arrêté préfectoral.

A Saint-Nazaire, ce mardi matin, près de 4.000 personnes ont défilé dans le calme.