Sarthe: Des routes fermées à double tour en raison du brame des cerfs

NATURE L'Office nationale des forêts demande aussi aux particuliers d'être le plus discret possible afin de ne pas déranger les cerfs...

D.P. avec AFP

— 

Un cerf en Allemagne.
Un cerf en Allemagne. — Jö/action press/Shutter/SIPA

Surtout ne pas déranger. L’Office national des forêts (ONF) a décidé de fermer plusieurs routes forestières de la Sarthe temporairement la nuit par des barrières verrouillées afin de permettre aux cerfs de se déplacer sans être importunés pendant la période sensible du brame. Pour rappel, la période du brame, ou saison des amours, se caractérise par les chants saisissants des cerfs, aux multiples variations, destinés à montrer leur puissance et à éloigner les autres cerfs, mais aussi par des combats entre mâles.

>> A lire aussi : Moselle: Rhodes, capitale européenne de l'imitation du brame du cerf en 2017

« Naturalistes, observateurs, photographes et curieux en tous genres, restez les plus discrets possible pour ne pas déranger les cerfs, enjoint l’ONF dans un communiqué. Écouter les cerfs bramant ne nécessite pas de les approcher au plus près, encore moins de les poursuivre ou de les éclairer (…). Pour éviter d’avoir à déplorer des comportements déplacés, des mesures temporaires de fermeture de routes forestières sont prises à cette période. »

Des routes cette fois-ci fermées à clé !

Plusieurs routes situées dans les forêts domaniales de Bercé, Sillé et Perseigne dans la Sarthe sont ainsi fermées à la circulation du 1er au 30 septembre ou jusqu’à mi-octobre, entre 19 heures et 7 heures du matin.

>> A lire aussi : Ecouter le brame du cerf sans prendre de risques

Cette mesure était déjà prévue par un arrêté préfectoral de 1992, mais les barrières installées par le passé ne suffisaient pas à garantir la tranquillité du cervidé, certains automobilistes réussissant à passer. Elles seront désormais fermées à clé.

« Réceptifs aux odeurs, bruits et déplacements, le moindre dérangement peut perturber leur comportement, voire leur reproduction, précise l’ONF. Il faut plusieurs heures pour que le cérémonial s’installe, et une présence humaine, un effluve suffisent pour le rompre. »