Loire-Atlantique: Elle s’indigne contre les «lampes-poissons», une enseigne les retire de la vente

POLEMIQUE Une cliente a poussé un coup de gueule après avoir vu, chez Bricomarché, des poissons placés vivants dans des objets de décoration...

J.U.
— 
Illustration d'un poisson combattant
Illustration d'un poisson combattant — FRANCOIS GUILLOT / AFP
  • Le message de la jeune femme, posté la semaine dernière, a été partagé 15.000 fois sur Facebook.
  • Les magasins Bricomarché lui ont répondu en annonçant le retrait des rayons de ce produit.

Son coup de gueule posté sur Internet visait à rendre la vie meilleure à de nombreux petits poissons. Une jeune femme, originaire de Loire-Atlantique, vient d’obtenir de Bricomarché le retrait de la vente d’un drôle d’objet de décoration appelé Terta Betta Projector.

Poissons vivants et LED colorées

Le concept de ce qui pourrait aussi être dénommé « lampe poisson » ? Un mini aquarium de moins de deux litres, dans lequel sont placés plusieurs LED colorées, mais aussi un vrai poisson, vivant, de la famille des combattants.

« Comment peut-on cautionner ce genre de chose ? », s’est insurgée la cliente la semaine dernière, dans un post désormais partagé près de 15.000 fois.

Dans son message, accompagné d’une photo prise dans un magasin Bricomarché de Loire-Atlantique, elle assure que la taille d’un aquarium pour ce type de poisson doit être de « 20 litres minimum ».

Retiré des rayons

Mercredi, l’enseigne Bricomarché a répondu à la jeune femme, lui promettant de retirer des rayons le produit incriminé, au nom de « la protection des animaux ». Les magasins Truffaut ont pris la même décision. La lampe est cependant encore en vente dans d’autres magasins.

« J’aimerais fortement que Tetra sorte de son silence et rende des comptes », écrit désormais la jeune femme. La marque s’est défendue via un communiqué, assurant que « le bien-être des poissons est depuis toujours au cœur de nos préoccupations ».