Nantes: Comment les autorités veulent enrayer l’insécurité dans les transports

SECURITE Renforts policiers, caméras… Les autorités ont dévoilé, mercredi soir, une palette de mesures pour les transports en commun nantais…

Julie Urbach
— 
Nantes, le 10/01/2011 Des policiers près d'un arrêt de tram à Nantes
Nantes, le 10/01/2011 Des policiers près d'un arrêt de tram à Nantes — © Fabrice ELSNER

Des conducteurs et contrôleurs agressés, des incivilités quotidiennes, et même un homme récemment tué dans le tramway… Le climat d’insécurité semble monter dans les transports en commun nantais, et particulièrement depuis cet été. A tel point qu’à la demande du personnel (qui avait exercé son droit de retrait il y a deux semaines), une table ronde s’est réunie, ce mercredi après-midi, réunissant la TAN, ses organisations syndicales, la préfecture, la police et le parquet de Nantes. Plusieurs mesures ont été annoncées. Le point.

Des renforts policiers pendant une semaine. « Nous avons obtenu du ministère de l’Intérieur que 34 CRS mobiles viennent en renfort pendant une semaine, du 2 au 9 septembre. Ils seront spécifiquement affectés aux transports publics », a annoncé Nicole Klein, la préfète de la Loire-Atlantique. Ces policiers patrouilleront dans les rues et à bord des rames, principalement autour de la place du Commerce. C’est là que se concentrent une grosse partie des incivilités, a récemment dénoncé la CFDT, le syndicat majoritaire de la TAN. La préfecture s’est engagée à renouveler la demande de renfort.

Davantage de caméras et d’outils. Du côté de la Semitan, son directeur a annoncé l’installation de caméras de surveillance du réseau et des quais, d’ici un mois, là aussi à la station Commerce. Des caméras frontales sur les rames sont à l’étude, tout comme la possibilité d’équiper les contrôleurs de GoPro, comme c’est déjà le cas à Angers. Un PC sécurité, qui n’existait pas en tant que tel, va être créé dans les six mois « afin d’avoir une meilleure coordination avec les forces de police, et de garantir une intervention rapide en cas d’agression », s’est engagé Alain Boeswillwald, le directeur.


Mieux « gérer les conflits ». Enfin, « le recrutement de dix personnes autour des métiers de prévention et sensibilisation » est annoncé. De nouvelles formations seront données aux 1.200 agents de la TAN afin qu’ils sachent « mieux gérer les situations de stress et de conflit ». Une campagne de sensibilisation sur le respect des agents devrait être prochainement lancée, à destination du grand public. « Nous enregistrons une augmentation d’arrêts maladie de nos agents, liée au stress, à l’accumulation de toutes ces incivilités », justifie Alain Boeswillwald.

Qu’en pensent les personnels ? Gabriel Magner, délégué syndical CFDT, est partagé. « On sent qu’il y a une réelle prise de conscience mais aurait-elle eu lieu si nous n’avions pas tiré la sonnette d’alarme ? 34 policiers sur seulement une semaine, ça ne semble pas suffisant et ce n’est pas très rassurant. D’autres choses sont plus acceptables, comme la vidéoprotection, le PC sécurité, ou le fait que les agents deviennent plus aguerris pour répondre à certaines situations. »