FC Nantes: Gillet veut à tout prix partir, Kita refuse... La situation est (pour l'heure) bloquée

FOOTBALL Le projet de l'Olympiakos en Grèce plaît beaucoup au milieu de terrain belge, qui a encore un an de contrat au FCN...

David Phelippeau

— 

Le milieu de terrain belge Guillaume Gillet.
Le milieu de terrain belge Guillaume Gillet. — LOIC VENANCE / AFP
  • Guillaume Gillet n’a qu’une chose en tête : rejoindre le club de l’Olympiakos
  • Le président Kita a pour l’instant opposé une fin de non-recevoir à ce départ

Il avait déjà failli quitter le FC Nantes en décembre dernier, mais Waldemar Kita l’avait retenu et surtout Conceição lui avait redonné goût au ballon rond. Cette fois-ci, Guillaume Gillet ne s’imagine plus du tout à Nantes. Le technicien portugais – avec qui il avait lié une partie de son avenir il y a quelques semaines – n’est non seulement plus là, mais surtout le projet de l’ Olympiakos (deux ans au moins de contrat) est arrivé entre les mains du milieu de terrain belge de 33 ans.

Gillet veut partir 

La perspective de jouer la Ligue des champions, de retrouver son ancien entraîneur d’Anderlecht Besknik Hasi et son ami François Modesto (directeur sportif de l’Olympiakos) et d’effectuer un dernier (bon) contrat en Europe avant pourquoi pas de rallier la MLS tente beaucoup l’ancien capitaine du FCN.

>> A lire aussi : Gillet «intransférable», un huissier pour Harit et Jawad El Yamiq ne viendra pas

Contrairement à ce qu’a pu affirmer le président Kita dans Ouest-France ce jeudi matin, une offre du club grec est bien parvenue. Selon les informations de 20 Minutes, elle se situerait entre 1 et 1,5 million d’euros [Gillet a été acheté 500.000 euros par le FCN à Anderlecht en 2016]. Il n’est pas du tout question qu’il résilie son contrat sans contrepartie financière pour Nantes. Pour l’heure, le dossier est au point mort. La direction du FCN ne souhaite pas céder son joueur. Une prolongation de contrat d’une année (jusqu’en 2019 puisqu’il lui reste un an) attend même le Belge. Guillaume Gillet ne veut pas la signer car il n’a qu’un objectif en tête : rejoindre l’Olympiakos.

Intransférable vraiment ?

Mercredi dernier, Franck Kita, le directeur général délégué du FCN, s’est montré très clair : « Gillet est très sollicité, mais dans la mesure où c’est un cadre de l’équipe, il est intransférable. Il sera avec nous la saison prochaine. Il est très content d’être là, on est en train de prolonger son contrat. On souhaite s’inscrire dans la durée avec lui. Il est hors de question que Guillaume parte. » Ce n’est évidemment pas aussi simple que ça. Depuis plusieurs jours, le joueur traîne son spleen et serait même « accusé » de s’entraîner à l’économie pendant les séances. Gillet a déjà la tête ailleurs. Rester à Nantes lui semble inconcevable.

>> A lire aussi : «C'est primordial de voir ce que le coach va faire», confesse Gillet sur son avenir

Tête à tête avec Kita en début de semaine

En début de semaine, le Belge a rencontré le président nantais en tête à tête. A son grand désespoir, WK lui aurait répété qu’il ne le céderait pas à l’Olympiakos. Le dossier est d’autant plus complexe que les deux familles (Kita et Gillet) s’apprécient au plus haut point. D’ailleurs, l’entourage du Belge a fait savoir à 20 Minutes qu’il n’y avait « pas de conflit, pas de souci, mais plutôt une situation gênante et de tristesse ». Si le « bras de fer » perdure, on voit pourtant mal comment la situation pourrait ne pas se détériorer très sérieusement. En attendant, le temps est compté pour Gillet puisqu’il n’est pas à exclure que l’Olympiakos, de guerre lasse, abandonne la piste du Belge et active un plan B.

>> A lire aussi : Ben Arfa, Veretout, Dubois, Harit, Gillet, la Brigade Loire... Waldemar Kita sans filtre