Bac 2017: L'élève qui a disserté sur la situation des homosexuels en Tchétchénie a eu... 2/20!

ÉDUCATION Faustin, en Terminale L à Laval, devra passer par les rattrapages…

Clément Carpentier

— 

Une candidate au baccalauréat (illustration).
Une candidate au baccalauréat (illustration). — LCHAM / SIPA
  • Le 16 juin dernier, l’adolescent avait décidé de ne répondre à aucun des deux sujets du bac d’histoire-géo
  • L’annonce de sa note fait de nouveau le buzz sur les réseaux sociaux

L’originalité de sa copie n’aura finalement pas plu au correcteur du baccalauréat. Faustin, 16 ans et élève en terminale L au lycée Douanier-Rousseau à Laval (Mayenne), a obtenu un maigre 2/20 en histoire pour sa dissertation sur… la condition des homosexuels en Tchétchénie.

Le 16 juin dernier, l’adolescent avait décidé de ne répondre à aucun des deux sujets proposés par l’Éducation nationale : « Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne des lendemains de la Seconde Guerre mondiale à nos jours » et « La Chine et le monde depuis 1949. » À la place, Faustin avait finalement écrit quelques lignes sur ce sujet d’actualité qui lui tient à cœur pour faire passer un message et ne pas rendre copie blanche.

>> A lire aussi : En manque d'inspiration à l'épreuve d'histoire, il disserte sur la situation des homosexuels en Tchétchénie

« Le plus important, c’était pas ma note mais plutôt de parler de ce qu’il se passe là-bas »

Aujourd’hui, il se retrouve avec un 2/20 comme il l’a indiqué, ce mercredi matin, sur son compte Twitter. Celui, qui trouve notamment que « les médias parlent si peu » de la situation des homosexuels tchétchènes, affirme qu’il n’est « absolument pas surpris, je m’y attendais, le plus important c’était pas ma note mais plutôt de parler de ce qu’il se passe là-bas. » D’ailleurs, l’annonce de sa note fait de nouveau le buzz sur les réseaux sociaux. Son message a déjà été retweeté plusieurs milliers de fois en quelques heures.

Du coup, Faustin se retrouve aux rattrapes avec cette note qui a plombé sûrement ses résultats. En attendant de savoir s’il aura son baccalauréat en fin de semaine, l’adolescent peut se réchauffer le cœur avec les nombreux messages de soutien qu’il reçoit.

>> A lire aussi : «Avant cet article sur la purge contre les homosexuels, les médias occidentaux semblaient avoir oublié la Tchétchénie»