FC Nantes: Ben Arfa, Veretout, Dubois, Harit, Gillet, la Brigade Loire... Waldemar Kita sans filtre

FOOTBALL En fin de journée ce lundi, le président du FC Nantes a accordé un long entretien aux médias et il était très en forme…

David Phelippeau

— 

Le président Waldemar Kita.
Le président Waldemar Kita. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
  • Waldemar Kita a répondu pendant plus d'une demi-heure à toutes les questions ce lundi
  • Il n'a éludé aucun sujet

L’attachée de presse a bien essayé d’interrompre l’entretien à plusieurs reprises, mais, lui, en voulait encore. Lundi en fin de journée à la Jonelière, Waldemar Kita a répondu sans aucun filtre à toutes les questions des journalistes. Entretien parfois surréaliste.

>> A lire aussi : FC Nantes: Mais pourquoi la conférence de presse de Ranieri a-t-elle été aussi courte?

Cela fait quoi de reprendre avec un entraîneur de top niveau ?

Ça fait plaisir. On ne va pas dire qu’on jouit de tout ça, mais presque. Je suis conscient qu’il faut lui donner des moyens pour réussir. Pour cela, il faut qu’on travaille ensemble. On a eu quelques joueurs et agents en ligne. Ce n’est pas qu’une question d’argent, il faut aussi que les joueurs aient l’appétit pour venir à Nantes. Il ne faut pas oublier que ces dernières années on n’était pas très bon donc le FCN ne fait pas trop envie.

Quel objectif avez-vous fixé à Ranieri ?

Meilleur que cette année [7e de L1]. Si on se donne les moyens financiers d’avoir un bon chef d’orchestre, il va falloir aussi se donner les moyens pour avoir quatre ou cinq joueurs de très bon niveau.

Votre priorité en termes de recrutement ?

On veut se renforcer avec quatre ou cinq joueurs, je le répète. C’est une obligation selon moi.

Claudio Ranieri, lui, a-t-il ciblé des postes ?

On va voir pour un gardien, un défenseur, un milieu de terrain et deux attaquants.

Est-ce vrai que vous souhaitez attirer William Vainqueur ?

Vainqueur m’intéresse pour plusieurs raisons mais il n’est pas libre donc ça pose un petit problème.

Et Veretout ?

Jordan Veretout m’intéresse beaucoup, mais il a besoin d’un temps de réflexion pour prendre la décision. Je ne pense pas que quand un coach comme Monsieur Ranieri téléphone, on puisse faire attendre. Je pense qu’on doit dire oui ou non, mais on ne dit pas qu’on attend. Je l’aurais bien voulu car le coach le souhaitait ici. Là, je ne peux rien faire. C’est une question de volonté du joueur. Si Veretout a l’intention de repartir faire la préparation avec Aston Villa, son club de deuxième division… si c’est ça son ambition personnelle beh tant mieux !

>> A lire aussi : FC Nantes: Jordan Veretout plaît beaucoup à... Nantes

Et Nampalys Mendy ?

C’est la presse qui a lancé ça. Moi, je ne suis pas au courant. Comme Donis [le Grec de la Juventus], c’est pareil, c’est la presse qui a lancé ça, mais, lui, ça peut m’intéresser.

Et il faut conserver le groupe ?

Personne ne part. Il y en a un qui fait son cirque [Amine Harit]. On lui fait envoyer des messages, les parents, les agents… Il ne veut plus revenir. Donc on ne peut rien faire. Moi, Amine, je ne voulais pas le vendre. En plus, quand j’ai discuté avec Ranieri, il voulait en faire un n° 10. C’était son souhait. Mais il n’a pas été sensible à son discours. Mais vous savez, il a téléphoné à Harit, à Veretout. Les gamins ne sont pas sensibles… Moi, je l’aurais été. Si le président de la République me téléphone, même si je ne l’aime pas, je l’écoute. Je ne fais pas de telles choses. Je ne comprends pas.

Il y a un accord avec Schalke 04 pour Harit ?

Pas encore.

10 M€ ce n’est pas assez ?

J’estime que ce n’est pas assez. Le problème c’est que dans ces négociations, le joueur ne nous aide pas beaucoup.

>> A lire aussi : FC Nantes : Amine Harit vers Schalke 04, Rémy Riou pourrait partir en Turquie

Quand Sergio Conceição est parti, certains joueurs ont-ils cherché à échanger avec vous pour comprendre ?

Non. Ils n’ont pas eu le temps. Ils ont été perturbés pendant une semaine. Mais j’ai tout de suite repris la main. En revanche, certains m’ont dit « on ne part plus. » Donc c’est bien.

Et Guillaume Gillet, va-t-il prolonger ?

Oui, c’est prévu depuis plusieurs semaines, même si Sergio Conceição est parti. Je sais qu’il était amoureux de lui. Mais je pense qu’il est amoureux de beaucoup de choses.

>> A lire aussi : FC Nantes: «C'est primordial de voir ce que le coach va faire», confesse Gillet sur son avenir

Et Léo Dubois ?

Pas encore non, parce qu’il veut des primes sur ses passes décisives et s’il joue en équipe de France… Donc on est un peu embêtés.

En signant, Claudio Ranieri n’a eu aucune exigence sur le recrutement ?

Non. On a discuté de certaines choses, on a échangé nos pensées. On était d’accord et on veut tous les deux, quatre ou cinq joueurs.

Mais en termes de notoriété et de qualité de ces recrues ?

Il veut des joueurs avec une forte personnalité, du caractère. Une équipe qui se batte. On a discuté d’un n°6 - si Veretout ne veut pas venir et je pense que ce sera le cas puisqu’il préfère réfléchir -. Quand on gagne beaucoup d’argent, on n’a pas faim. Mais Claudio Ranieri m’a dit que Veretout n’entrait plus dedans. Il sait très bien ce qu’il veut.

Il ne vous a jamais parlé de tops joueurs ?

Pas pour le moment mais ça va venir, je pense. Comme tous les joueurs qu’il veut lui disent non…

Un joueur comme Ben Arfa ?

Il va aller en Turquie, mais évidemment que ça m’intéresse.

Est-ce que ça peut ne pas marcher ?

Franchement, je ne vois pas comment ça peut ne pas marcher. Je pense que ça va marcher très fort. Il a autour de lui une équipe qui est très forte.

Avec Ranieri et en espérant des grands joueurs, êtes-vous arrivé, au bout de dix ans, là où vous vouliez aller avec ce club ?

Non. J’ai perdu dix ans ici. J’espère que ça va évoluer autrement. Au regard de l’argent dépensé depuis dix ans, j’aurais dû commencer par prendre un bon chef d’orchestre et faire moins de sentiments. J’ai fait trop de sentiments et je me suis toujours fait avoir. Mais, je ne changerai pas. J’aurais dû prendre un entraîneur top niveau. Je l’ai compris très vite, mais aussi trop tard.

Quelle est votre position avec les supporters ?

Comme je l’ai dit avant la fin du championnat et comme je l’ai répété, je suis prêt à aller les voir et discuter avec eux. Je veux que cela se fasse en votre présence [la presse] afin que vous voyez bien ce qu’ils ont dit et ce qu’ils vont faire après. Je veux que ce soit clair une fois pour toutes. Je veux un retour à la normale. Je ne demande que ça. Je ne suis pas rancunier. Je me suis fait insulter pendant dix ans. Je suis obligé d’avoir un service de sécurité. Mais je suis prêt à repartir à zéro. Donc relayez ce message selon lequel je suis prêt à discuter et que je suis ouvert pour le dialogue. Mais cela doit aboutir à une conclusion.

>> A lire aussi : FC Nantes: Kita se dit «prêt à écouter» et «faire un tête à tête» avec la Brigade Loire