Nantes: «On a la volonté d'aller au bout!» L'Hermine veut SA finale pour la Pro A

BASKET Battus (79-64) à Boulazac lundi en finale aller des play-offs de Pro B, les Nantais doivent l'emporter ce jeudi pour aller chercher une belle...

David Phelippeau

— 

L'arrière Alexis Desespringalle.
L'arrière Alexis Desespringalle. — Hermine de Nantes
  • L'Hermine de Nantes a été battue lundi en finale aller de play-offs par Boulazac
  • Les Nantais doivent absolument l'emporter ce jeudi pour s'offrir une belle dans la Périgord

L’Hermine de Nantes n’a jamais été aussi proche de la Pro A, mais pourtant aujourd’hui, l’élite du basket français est encore loin pour un club qui évolue depuis plus de 20 ans en Pro B.

Ce jeudi soir (18 h 45), à Mangin, les Nantais doivent gagner pour continuer à rêver. Lundi soir, les hommes de Jean-Baptiste Le Crosnier (entraîneur intérimaire en l’absence depuis plusieurs semaines de Franck Collineau) ont explosé à Boulazac, quatrième de la saison régulière, lors de la finale aller.

>> A lire aussi : Basket: 22 (ans), v'là l'Hermine de Nantes enfin dans le dernier carré des play-offs de Pro B!

« On s’est rendu compte qu’on n’a pas été à la hauteur de l’événement, observe le coach intérimaire. On a raté cette entame ce qui nous a mis dans une situation de doute. » Nantes n’a plus le choix.

« Il va falloir inverser la tendance. Aujourd’hui, on a quoi perdre nous ? On est vivants. On sait que de toute façon il faut gagner chez nous et qu’il faudra en gagner un à l’extérieur… » L’équation est très simple pour obtenir son billet pour l’élite : deux matchs (un ce jeudi soir et un autre dimanche), deux victoires.

Aller au bout du rêve

L’entraîneur sent son groupe capable de rehausser son niveau de jeu. « "L’essentiel c’est de participer", j’aime cette phrase mais pour les autres. On ne va pas brader, galvauder une finale de play-offs. Il n’y a pas un garçon que je sens en deçà. J’ai retrouvé un groupe très investi… »

Objectif pour l’Hermine : retourner dans le Périgord le week-end prochain. « Je sens une vraie volonté d’aller jusqu’au bout de cette aventure-là et de retourner à Boulazac ! »

Un appel au soutien populaire

Pour poursuivre le rêve historique (pour retrouver trace de Pro A à Nantes, il faut faire un bond en arrière à la fin des années 80 avec le NBC !), la formation du président Cadiot appelle au soutien populaire. « Mangin doit être une fournaise », pour Le Crosnier.

Vafessa Fofana va plus loin : « Le public doit venir avec tout ce qu’il peut pour faire le plus de bruit possible et mettre le plus de pression possible. Ça nous boostera et ça nous permettra de nous dire : "Là, c’est bon, on est imbattables !" »