Nantes: A la rentrée 2017, les rythmes scolaires ne changeront pas mais le périscolaire si

EDUCATION La ville vient de mettre au point une nouvelle organisation pour l'accueil périscolaire du soir...

J.U.

— 

NANTES, le 04/09/2013 illustration ecole nantaise
NANTES, le 04/09/2013 illustration ecole nantaise — Fabrice Elsner
  • La ville ne changera pas les rythmes scolaires dans les écoles à la rentrée
  • Elle a cependant choisi de modifier le temps périscolaire du soir, en fermant l’accès aux parents de 16h30 à 17h30

Ce n’est pas à l’ordre du jour. Comme dans beaucoup de grandes villes de France, les rythmes scolaires ne changeront pas à Nantes à la rentrée 2017. Si Emmanuel Macron veut donner la possibilité aux communes qui le souhaitent de revenir à la semaine de 4 jours dès le mois de septembre, « la préparation de l’année scolaire a déjà bien commencé, explique-t-on à la mairie. Les nouveaux rythmes semblent bien fonctionner. Si l’on doit se repencher sur le sujet, ce sera après une large consultation avec tous les acteurs. »

L’accueil fermé aux parents pendant une heure

Il n’empêche qu’un autre changement se profile pour les parents nantais. Et notamment au sujet de l’organisation de l’accueil périscolaire du soir. Si, à partir du 4 septembre, on pourra toujours venir chercher son enfant à 16h30 (juste après la classe), les portes seront ensuite fermées aux parents pendant une heure.

« L’objectif est d’améliorer les conditions d’accueil des enfants ainsi que la qualité des activités éducatives et l’aide au devoir, qui nécessitent du temps et du calme », explique la ville. Les plus grands qui étaient autorisés à rentrer chez eux tout seuls devront eux aussi attendre 17h30 pour quitter les lieux.

>> A lire aussi : Comment Nantes tente de lutter contre le gaspillage alimentaire dans ses écoles

Jusqu’à 18h30, les sorties seront de nouveau libres, avec des activités qui le permettent pendant cette tranche horaire. Selon la ville, dix écoles ont testé ce fonctionnement depuis deux ans, en accord avec les familles. Parmi les bénéfices, « des animateurs plus disponibles, moins consacrés à la gestion des départs. »