Pénurie de carburant: Essence, l’appli nantaise (bien utile) qui explose ses records à chaque crise

START-UP La start-up nantaise Ripple Motion se cache derrière la fameuse carte qui vous indique les stations essence en difficulté ou à sec...

Julie Urbach

— 

Illustration dans une station essence.
Illustration dans une station essence. — FREDERIC SCHEIBER / 20 MINUTES
  • Créée en 2008, la start-up enregistre en ce moment un pic de connexions sur son appli et surtout sa carte des stations-service
  • Celle-ci est actualisée en temps réel grâce aux remontées des internautes

Pompes à sec, files d’attente… Alors que c’est la galère pour beaucoup d’automobilistes à la recherche de carburant (notamment en région parisienne), ces derniers jours ne sont pas non plus de tout repos pour l’équipe d’Essence. Le service, créé par une start-up nantaise, voit ses compteurs littéralement exploser. Il faut dire que cette appli est la seule à proposer une carte des stations en rupture partielle ou totale, en temps réel.

Pendant la journée de mardi, un demi-million d’internautes l’avaient déjà visitée alors que la pénurie d’essence (ou le risque), causée par un mouvement de grève des transporteurs lancé il y a six jours, crée la panique chez les automobilistes français. « Ici, c’est du boulot, nos experts techniques sont mobilisés pour que tout tienne, sourit Pierre Auclair, le cofondateur de l’appli. On marche sur un fil, mais pour le moment tout va bien ! »

Un comparateur de prix

La start-up de 13 salariés, Ripple Motion, basée à Saint-Herblain, a de l’expérience. Créée en 2008, celle qui fut l’une des premières appli sur l’Appstore est en fait d’abord le leader des comparateurs des prix du carburant, basé sur un système collaboratif. Ils seraient entre 350.000 et 500.000 conducteurs à l’utiliser chaque mois, grâce à plusieurs milliers de contributions relatives aux tarifs constatés par les particuliers dans les différentes stations-service.

Mais tout s’est accéléré l’année dernière avec la crise qui a touché l’ouest de la France, suite au blocage de la raffinerie de Donges. « Les gens ont commencé à indiquer « zéro euro » à côté des carburants qui étaient en rupture dans leurs propres stations, se souvient Pierre Auclair. On a alors traité ces infos pour les faire disparaître de l’appli, mais générer une carte des stations en difficulté ou à sec. » Succès assuré, même s’il est vite retombé une fois la crise terminée.

Impossible de tout vérifier

Selon cette fameuse carte, qui retrouve son heure de gloire, environ 900 stations-service étaient en difficulté ou vides ce mercredi, la grande majorité en Ile-de-France. Pour autant, quelques inexactitudes sont pointées du doigt. « Nous avons eu 10.000 contributions depuis hier, donc c’est impossible de tout vérifier comme nous le faisons d’habitude, reconnaît Pierre Auclair. Pour autant, l’internaute doit être géolocalisé dans un rayon de 3 km de la pompe qu’il renseigne. Les gérants de station peuvent eux-aussi rectifier les données. Nous proposons juste un outil pour que les gens qui rencontrent un problème à un endroit peuvent en faire part aux autres. »

>> A lire aussi : Vous avez trouvé du carburant? 5 conseils d'écoconduite pour ne pas le gaspiller

Fiable ou pas totalement, la carte est en tout cas intégrée dans tous les articles de presse et circule allégrement sur les réseaux sociaux. « C’est très bénéfique pour nous car cela nous installe comme une référence en la matière, se félicite Pierre Auclair. Même la préfecture de Paris nous a contactés pour savoir comment bien communiquer sur le sujet. Pour autant, ce serait pas mal si le phénomène ne pouvait pas trop durer ! » La CGT se rendait ce soir au ministère des Transports. Un rendez-vous qui pourrait conditionner la suite du mouvement.