HBC Nantes: «On en avait toujours rêvé», exulte le capitaine nantais Rock Feliho

HAND Samedi soir, le HBC Nantes a remporté la Coupe de France en battant (37-32) Montpellier à Paris...

David Phelippeau

— 

Le HBCN tient son deuxième trophée !
Le HBCN tient son deuxième trophée ! — S.Artu / HBCN/Air-Pictures

L’armoire à trophées commence à avoir davantage d’allure au HBC Nantes. Le club nantais a remporté, samedi soir, son deuxième titre en s’imposant (37-32) en finale de la Coupe de France contre Montpellier à Paris. C’est le deuxième trophée après la Coupe de la Ligue en 2015 pour un « H » qui est seulement dans l’élite depuis 2008.

Samedi soir, les Nantais, qui ont réalisé une saison exceptionnelle (2es de LNH derrière Paris, éliminés en 8e de finale de la Ligue des champions par Paris et finalistes de la Coupe de la Ligue contre Paris), ont brisé une série noire en finale. « On avait déjà perdu une Coupe de France, deux Coupes de la Ligue, deux Coupes d’Europe [par le passé], a confessé le coach nantais Thierry Anti au micro de « Télénantes ». Personnellement, j’avais beaucoup de pression sur ce match. Je ne voulais pas la transmettre aux joueurs. Gagner une Coupe de France, c’est remporter un autre trophée. C’est vraiment s’inscrire comme un club qui commence à compter un peu. Je suis très content. C’est plus fort que la Coupe de la Ligue ! »

En 2015, lors du premier titre de l’histoire du club, le capitaine nantais Rock Feliho était déjà là. Ce succès majuscule de samedi a une toute autre saveur selon lui. « Gagner à Bercy une finale de Coupe de France, on en avait toujours rêvé, exulte le patron de la défense nantaise. On valide notre saison qui était déjà exceptionnelle. On avait 700 supporters qui étaient là. Je n’ai pas de mots. Je suis juste hyper fier et soulagé pour mes potes car on a travaillé depuis juillet. On est enfin récompensés… »

Et c’est un petit exploit car Montpellier, privé néanmoins des internationaux Guigou, Grébille et Gérard, n’avait perdu qu’une seule de ses 14 précédentes finales en Coupe de France.

>> A lire aussi : HBC Nantes: 8 millions de budget, naming, nouveaux gros sponsors... Le «H» voit (très) grand