Angers-Paris: Mais que ce scénario de fin de match fut cruel pour les Angevins!

FOOTBALL Le SCO a été battu (1-0) en finale de la Coupe de France, samedi soir, par Paris, sur un but de Cissokho contre son camp dans les derniers instants…

David Phelippeau

— 

On joue le temps additionnel de la finale PSG-Angers... Les Parisiens viennent d'ouvrir le score...
On joue le temps additionnel de la finale PSG-Angers... Les Parisiens viennent d'ouvrir le score... — Thomas SAMSON / AFP
  • Angers avait parfaitement réussi sa finale de Coupe de France jusqu'au temps additionnel et ce but contre son camp de Cissokho
  • Les Angevins peuvent vraiment nourrir des regrets avec un tel scénario

Ils avaient tous les mêmes mots à la bouche. « Cruel », mais immense « fierté ». Samedi soir, Angers a fait douter (1-0) le PSG en finale de la Coupe de France. Jusqu’à la dernière seconde. Un ultime instant qui s’est finalement révélé fatal à des Angevins qui avaient plutôt bien maîtrisé leur rencontre jusqu’ici.

>> A lire aussi : VIDEO. Angers-PSG: Près de 20.000 Angevins ont envahi la capitale pour supporter leur équipe

On vient tout juste d’entrer dans le temps additionnel. Di Maria botte un corner devant les fans parisiens… et là, c’est le drame pour le défenseur Issa Cissokho. L’intéressé raconte la suite : « Je suis au duel avec Matuidi. La balle tape dans ma tête et elle rentre. Je ne peux faire grand-chose. Je ne savais pas que la balle était rentrée et là, j’ai entendu tout le monde crier… C’est cruel, ils marquent le but sur un coup du sort. Il faut vivre avec. Je suis triste pour l’équipe et moi-même ! »

Manceau s’empare du ballon et se précipite vers le rond central, mais l’arbitre met finalement fin au rêve angevin. « On n’a pas le temps de réagir, reconnaît le défenseur, formé au SCO. C’est la fin du match. Le football peut être très beau comme cruel. Ce soir, il a été cruel avec nous, mais on peut être fier de ce qu’on a fait. Perdre là-dessus ça fait mal, mais on peut quand même se regarder dans les yeux. On les a embêtés au maximum. » Pour le défenseur Ismaël Traoré, le PSG a même vacillé pendant cette rencontre.

>> A lire aussi : Angers-PSG: Emery évite le pire en gagnant la Coupe de France, son président le confirme dans ses fonctions

« On les a vus douter, on les a vus s’énerver sur le terrain, estime Traoré. On les a embêtés. C’était le but. On était dans le vrai. » Toko-Ekambi conclut : « C’est cruel, mais c’est comme ça. Cela ne sert à rien de pleurer, on ne va pas refaire le match… » Même si on ne peut s’empêcher de penser que la reprise de volée de Pépé sur le poteau en première période reste un immense tournant de cette finale.