Notre-Dame-des-Landes: Les associations pro-aéroport demandent à être reçues à Matignon

AEROPORT Les partisans du projet ne souhaient pas l'étude d'alternatives au transfert...

20 Minutes avec AFP

— 

Un partisan à la construction de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes distribue des stickers le 22 juin 2016 à Nantes appelant à voter oui au référendum
Un partisan à la construction de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes distribue des stickers le 22 juin 2016 à Nantes appelant à voter oui au référendum — LOIC VENANCE AFP
  • Trois associations ont annoncé avoir écrit au Premier ministre au sujet du dossier Notre-Dame-des-Landes
  • Elles sont favorables à une médiation uniquement s'il s'agit d'«apaiser la tension sur place»

Trois associations favorables au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, inquiètes de la médiation proposée par le Premier ministre Edouard Philippe, demandent à être reçues «dans les prochains jours» à Matignon, ont-elles annoncé lundi.

Les représentants de ces trois associations - Des ailes pour l'Ouest, l'Association contre le survol de l'agglomération nantaise (Acsan) et le Collectif citoyen engagé pour le transfert de l'aéroport (Coceta) - se disent «prêts à (s')associer à une médiation qui viserait à apaiser la tension sur place», mais pas à une étude des alternatives à Notre-Dame-des-Landes qui serait elle «inacceptable», écrivent-ils dans une lettre envoyée vendredi à Edouard Philippe. Bruno Retailleau avait déjà fait part de ce même avis.

>> A lire aussi : La nomination de l'opposant Hulot donnera-t-elle un coup d’arrêt au projet d'aéroport?

D'autres alternatives?

Le Premier ministre a confirmé jeudi la promesse du candidat Emmanuel Macron pendant sa campagne de nommer un médiateur pour étudier «l'ensemble des options» et trancher cet épineux dossier avec une décision «claire» et «assumée».

Le nouveau ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a estimé qu'il existait «d'autres alternatives» à Notre-Dame-des-Landes et que « la médiation qui va démarrer probablement en fera la démonstration».

Un «gage donné à la violence»

Ces alternatives «ont déjà été étudiées» et «considérées comme irréalistes», rétorquent les trois associations, pour lesquelles une médiation qui viserait à les étudier «serait inacceptable pour les 500.000 personnes qui ont voté», lors de la consultation organisée en Loire-Atlantique le 26 juin 2016, et où le «oui» au transfert de l'actuel aéroport nantais à Notre-Dame-des-Landes l'a emporté avec plus de 55% des voix.

«Ce serait en effet perçu par les citoyens respectant la démocratie comme un gage donné à la violence et à l'occupation illégale», poursuivent les associations, en référence aux quelques centaines de militants occupant le site prévu pour le nouvel aéroport.