FC Nantes: Conceição a-t-il exagéré tant que ça en comparant Rongier à Verratti?

FOOTBALL Le milieu de terrain nantais de 22 ans a réalisé une fin de saison de haute volée…

David Phelippeau

— 

Valentin Rongier, félicité par Harit, lors de son but à Lyon.
Valentin Rongier, félicité par Harit, lors de son but à Lyon. — PHILIPPE DESMAZES / AFP
  • L'entraîneur nantais a déclaré que Rongier n'était pas inférieur au Parisien Verratti
  • Ses formateurs ne sont pas surpris par son intelligence de jeu, davantage par sa progression sur le plan athlétique

Sergio Conceição est-il tombé sur la tête ? Certains amateurs de football ont pu se poser la question il y a quinze jours lorsque l’entraîneur portugais a lancé cette phrase : « Je pense que Rongier pourra jouer n’importe où dans trois ans. Il n’est pas inférieur au milieu de terrain du PSG Verratti par exemple. » Exagération ? Ineptie ? Ou réalité ?  Valentin Rongier, pur produit du centre de formation nantais de 22 ans, réalise une fin de saison de très grand niveau. Il rayonne au milieu du terrain aux côtés de Guillaume Gillet. Mais, pouvait-on l’attendre à un tel niveau alors qu’il y a un an il finissait de soigner une rupture des ligaments croisés du genou ?

>> A lire aussi : FC Nantes: Ambition, argent, nouveautés, recrutement, supporters... Conceição expose son projet

François Bourgeais, ancien directeur de la préformation au FCN, n’est même pas surpris et fait un grand bond en arrière. « Tactiquement, à 13 ans, il était déjà le chef d’orchestre de son équipe au FCN. Il avait cette compréhension du jeu. Il était très souvent disponible, touchait énormément de ballons et joue juste. Quand il était prêt physiquement, c’était un régal de le voir varier les rythmes, fixer l’équipe adverse quelque part pour jouer ailleurs en cachant sa passe. »

>> A lire aussi : FC Nantes: Djidji et Bammou prolongent, Dubois ça coince (pour l’instant)

Finalement, rien n’a changé. « C’est vraiment un joueur de très haut niveau, estime l’ancien Canari Olivier Quint, consultant sur France Bleu Loire Océan. Il est au-dessus de Jordan Veretout pour moi. Plus juste, plus fin techniquement. Il voit plus vite le jeu. Veretout percute plus balle au pied, Rongier joue avec son jeu de passes et sa vision de jeu. » La comparaison revient comme une antienne. Samuel Fenillat, directeur du centre de formation du FCN : « Veretout est plus athlétique et a une plus grosse activité au milieu que Rongier. Ce dernier brille davantage avec son intelligence de jeu. »

>> A lire aussi : FC Nantes: «J'ai tellement connu la galère avec mon genou que je profite», explique Valentin Rongier

Et pourtant, le jeune Canari a sérieusement « musclé son jeu » comme disait le bien nommé Aimé Jacquet. « Il était frêle », selon Quint. « Il était freluquet, mais il a bossé, réalisé un gros travail individuel », poursuit, de son côté, Fenillat. Des heures dans la salle de musculation et beaucoup aussi à l’infirmerie depuis une décennie. « Il a eu pas mal de pépins physiques pendant sa formation, explique Fenillat. Sur le plan technique et de la vision de jeu, on n’avait aucun doute, mais on en avait sur l’aspect athlétique. Allait-il supporter la charge de travail ? Il n’a pas été épargné par les blessures… »

>> A lire aussi : FC Nantes: Rongier sait qu'il ne deviendra «jamais un monstre»

Une forte tête

Bourgeais confirme : « Blessé au dos à l’adolescence, il a été écarté des terrains plusieurs mois. Sa courbe de progression a repris plus tardivement que d’autres. Mais le talent était bel et bien là : il fallait lui permettre d’éclore, lui laisser le temps. Une chance qu’on l’ait conservé, à l’époque, juste après la préformation, dans notre section amateur ! » Rongier doit prouver, encore prouver. Chaque saison… quand son corps le laisse tranquille. « On le prolongeait à chaque fin de saison, il devait se bagarrer tous les ans pour rester, se souvient Fenillat. Il n’a jamais été dans le confort au centre, mais il a eu un comportement exemplaire et beaucoup de caractère. Il sait ce qu’il veut et il est orgueilleux. »

Une personnalité affirmée qui transpire désormais sur le terrain. « Même s’il a dit je crois un jour qu’il serait capable de rester toute sa carrière à Nantes, je pense qu’il peut viser très haut », conclut Olivier Quint. « Je ne serais pas surpris si des équipes du style "Barça" devaient s’intéresser à lui », se risque François Bourgeais. Marseille s’est manifestement déjà penchée sur son cas. Et pourquoi pas le PSG quand Verratti quittera le club de la capitale ?

>> A lire aussi : VIDEO. FC Nantes: Cette fois-ci, après son but, Valentin Rongier a bien pensé à faire le «saumon»