FC Nantes: Le but de Sala «résume le jeu à la nantaise de 95!» et c'est Patrice Loko qui le dit

FOOTBALL Dimanche soir, le deuxième but de l'Argentin face à Guingamp (4-1) était magnifique dans sa conception...

David Phelippeau
— 
La joie d'Emiliano Sala après son second magnifique but dimanche soir contre Guingamp.
La joie d'Emiliano Sala après son second magnifique but dimanche soir contre Guingamp. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
  • Sala a inscrit un but exceptionnel dans sa conception dimanche soir
  • Un chef-d’œuvre qui n’est pas sans rappeler le Nantes de 1995

A la 77e de Nantes-Guingamp (4-1) dimanche, a-t-on fait un bond de plus de 20 ans dans le passé ? Rappel des faits :  Nakoulma s’échappe côté gauche. Après avoir repiqué dans l’axe, le Burkinabé transmet à Thomasson en position de pivot à l’entrée de la surface qui donne en une touche à Sergio Oliveira. Le Portugais redonne sans contrôle à Thomasson qui trouve (en une touche) Sala. Du plat du pied (et toujours sans contrôle), l’Argentin trompe le gardien de but de Guingamp Johnsson. Un pur régal pour les yeux des amoureux du football… et du beau jeu.

Forcément, sur les réseaux sociaux, l’expression « jeu à la nantaise » a été exhumée. Qui de plus calé que Patrice Loko, ancien attaquant du FCN, champion de France 1995, pour parler de ce chef-d’œuvre de Sala ? Après avoir pris le temps de revoir le but, il se lance : « Ça me fait penser au jeu à la nantaise qu’on pratiquait en 1995. C’est un très beau but. Un jeu fait de mouvements, de déplacements et de jeux à une touche. Et puis il y a la finition… »

Il décortique le but tout en comparant avec 1995: « C’est Thomasson qui sert de pivot à la place de Sala. Le milieu de terrain est passé devant l’avant-centre… Les joueurs savent où aller, où se déplacer et ils se remplacent au niveau du poste. Chacun connaît le mouvement de l’autre. En 1995, on donnait des ballons car on savait parfaitement où allaient les partenaires. Sur ce but, ça se termine dans un mouchoir de poche. C’est techniquement très propre et c’est tout à une touche de balle. La frappe est magnifique parce que la dernière passe est bien donnée. Le jeu à la nantaise est fait de déplacements dans le bon timing. Ce but le résume, c’est-à-dire ce qu’on prônait en 1995 ! »

>> A lire aussi : VIDEO. FC Nantes: «C'est beau d'avoir une partie de la Beaujoire chez soi», se réjouit Clément

La patte du coach portugais

On tente une petite comparaison avec son incroyable but marqué en août 1994 contre le PSG (une-deux aérien Loko, Pedros, Loko… et hop dans la cage de Lama), l’avant-centre nantais sourit : « Si vous voulez… C’est plus difficile de le faire en l’air comme on l’a fait avec Reynald Pedros, mais l’action en elle-même est similaire : un jeu fait de mouvements et de jeux à une touche. »

Loko, qui assisté à quelques séances ces dernières semaines à la Jonelière, n’est même pas étonné : « C’est ce que Conceição demande lors de certains exercices. Il insiste sur le jeu à une touche. Je retrouve vraiment ça dans le but. C’est sûr qu’on ne voyait pas ça en début de saison car les Nantais jouaient beaucoup plus défensifs. C’est Conceição qui a su rendre possible ce jeu-là car ce sont les mêmes joueurs qu’en début de saison… Il a amené sa patte. »

>> A lire aussi : FC Nantes: Ce but des Canaris au zapping des 30 ans de Canal +