FC Nantes: Kita se dit «prêt à écouter» et «faire un tête à tête» avec la Brigade Loire

FOOTBALL Avant Nantes-Guingamp, le président nantais a réagi au conflit qui l'oppose à une frange de supporters nantais...

David Phelippeau

— 

Le président Waldemar Kita.
Le président Waldemar Kita. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Les oreilles de Waldemar Kita ont sifflé dimanche en fin d’après-midi. Un gros millier de supporters du FC Nantes s’était donné rendez-vous à La Haluchère pour se rendre à pied jusqu’à la Beaujoire. Un peu après 18 heures, le cortège s’est dirigé vers le stade de la Beaujoire. Des fumigènes et des pétards ont été lancés dans une ambiance pacifique. Ce rassemblement s’est effectué dans un contexte de fin de saison compliqué pour les supporters nantais.

>> A lire aussi : Des mesures drastiques envisagées par le club pour mettre au pas la Brigade Loire

Tribune Loire fermée, membres de la Brigade Loire interdits de stade, interdiction de déplacement récurrente pour les fans nantais, mais surtout conflit ouvert avec la direction… « Liberte pour les ultras », « liberté pour la tribune Loire » ont ainsi résonné pendant la manifestation, mais des chants anti-Kita ont aussi forcément été entonnés à plusieurs reprises.

Interrogé sur ce conflit ouvert avec une frange de fans nantais, le président Waldemar Kita a ouvert une porte pour le dialogue. « La Brigade Loire m’en veut à mort et je ne sais pas pourquoi, a-t-il expliqué. Il y a deux ans, j’avais parlé avec eux. Il y avait eu des promesses, mais quelques jours après ils voulaient me couper la tête. Mais, je suis prêt à faire un tête à tête et à les écouter. Je veux qu’ils m’expliquent ce qu’il ne va pas ! Pourquoi cette haine ? Pourquoi on m’insulte ? Qu’est ce qu’on me reproche ? »

>> A lire aussi : «Qu'est ce qu'ils vont faire, me tuer?», s'interroge Waldemar Kita

Le président nantais aimerait au préalable de cette éventuelle rencontre que la Brigade Loire se déclare en loi 1901 pour être certain de s’adresser aux bons interlocuteurs (responsables juridiques de la BL). Enfin, Kita a répété que bien que certains supporters souhaitent son départ, il n’envisage pas de quitter le club.

>> A lire aussi : Romain Gaudin, le capo de la tribune Loire, toujours interdit de stade