La réforme portuaire ne fait pas chavirer la CGT

F. Brenon - ©2008 20 minutes

— 

« Détermination. » Le syndicat CGT du port autonome Nantes Saint-Nazaire a exprimé hier sa vive opposition au projet de réforme des ports présenté lundi par le gouvernement. Celui-ci prévoit un transfert au privé des activités d'outillage et de leur personnel (grutiers et portiqueurs), comme cela a déjà été le cas pour les dockers en 1992. La CGT, qui représente 75 % des salariés du port nantais, a attendu de rencontrer le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, avant de livrer son sentiment. « Le projet tel qu'il est présenté est inacceptable, affirme Yves Tual, secrétaire général CGT. Le moindre transfert de personnel aurait une incidence négative sur l'ensemble des salariés. Le port doit garder son statut public. »

A plus long terme, le syndicat craint pour les emplois. « On n'est pas dupes. Bientôt c'est tout le personnel terrestre du port qui pourrait être menacé. Il pourrait y avoir des licenciements. On a vu ce que cela a donné pour les dockers. Leur nombre a été divisé par trois. On ne laissera pas refaire la même chose. » Quatrième port français pour son trafic, Nantes Saint-Nazaire emploie 700 personnes, dont 85 grutiers et portiqueurs.