Valérie Oppelt, cette cheffe d'entreprise nantaise en marche vers les législatives

POLITIQUE Alors que le mouvement d’Emmanuel Macron investit ses candidats ce jeudi, cette Nantaise s’attaque à la 2e circonscription du département…

Clément Carpentier

— 

Valérie Oppelt, référente En marche! dans le 44.
Valérie Oppelt, référente En marche! dans le 44. — Valérie Oppelt
  • Une candidate issue de la société civile.
  • Une femme engagée depuis le premier jour.
  • Elle va vivre sa première élection politique.

Pour joindre Valérie Oppelt, il faut être persévérant. Cette Nantaise de 43 ans est, en effet, un peu « overbookée » en ce moment. Mère de trois enfants, cheffe d’entreprise, référente du mouvement En marche ! en Loire-Atlantique et maintenant candidate aux élections législatives, elle n’a pas vraiment de temps libre.

>> A lire aussi : VIDEO. Législatives. Valls ne remplit pas «à ce jour» les critères d'une investiture En marche !

Issue de la société civile 

Pourtant, Valérie Oppelt a pris une bonne demi-heure pour nous conter son histoire. Tout d’abord, car « il va falloir se faire connaître étant donné que l’on est issue de la société civile » mais surtout comme le dit Morgan Simon, le maintenant célèbre homme à la casquette, parce qu’elle « est toujours à l’écoute et bienveillante ». Ce militant d’ En marche ! travaille depuis des mois au côté de celle qui fût cadre supérieur dans une PME de l’industrie de l’éclairage pendant 17 ans.

« J’ai eu des responsabilités administratives et financières avant de quitter cette entreprise pour créer ma propre SARL [société à responsabilité réduite], il y a un an et demi, toujours dans le même domaine », explique-t-elle. Un projet qui l’occupe seulement la journée car le soir et le week-end, c’est En marche ! toute.

>> A lire aussi : Strasbourg. On a postulé pour être candidat En marche! aux législatives dans le Bas-Rhin

Un engagement récompensé

Celle qui suivait déjà Emmanuel Macron à l’époque où il était ministre de l’Économie a « très rapidement été convaincu par son discours. Sa vision du monde est intéressante. » Après avoir assisté à son meeting de la Mutualité, elle le rencontre une deuxième fois en Vendée pour parler de son projet. Et puis, « en septembre, on nous a demandé de remplir un questionnaire pour faire part de nos compétences et ils m’ont tout de suite proposé le poste de référente dans le département », raconte Valérie Oppelt.

Valérie Oppelt, candidat En marche ! dans la 2e circonscription.
Valérie Oppelt, candidat En marche ! dans la 2e circonscription. - Valérie Oppelt

La Nantaise, aussi bénévole dans un réseau féministe qui défend l’égalité hommes-femmes, a commencé par animer des groupes de travail puis une équipe de campagne mais « sans s’imaginer une seule seconde ce que ça allait devenir. Pour moi, je participais simplement à un mouvement citoyen car je suis de nature quelqu’un qui aime s’engager. »

>> A lire aussi : Le comique Gérald Dahan sera candidat aux législatives pour La France insoumise

Un nouveau défi 

Un engagement qui lui permet aujourd’hui d’avoir 7 000 adhérents derrière elle en Loire-Atlantique et de faire partie des 14 premiers candidats investis par En marche ! « Depuis le début, c’est très agréable de travailler avec Valérie. Elle apporte ses compétences du monde de l’entreprise et, surtout, elle a du leadership », abonde Morgan Simon. Cela pourrait lui servir pour être élue députée de la 2e circonscription dans quelques semaines.

Valérie Oppelt « y travaille tous les jours. Le principal, c’est de bien s’entourer, de porter le projet d’Emmanuel Macron. Être députée, ce n’est pas un aboutissement ou un calcul, juste le début d’autre chose. » Cette Nantaise va, cette fois-ci, vraiment mettre les pieds dans le monde politique mais « ne compte pas changer ou s’adapter. J’apprends ! » Ça tombe bien, car il faudra apprendre très vite d’ici le 11 juin, jour du premier tour des élections législatives…

Pour l’instant, les autres candidats connus sur la 2e circonscription en Loire-Atlantique :

  • Carole Malard (la France insoumise)
  • Nicolas Bazille (Lutte ouvrière)
  • Sébastien Pilard (Les Républicains)
  • Pascale Chiron (Europe Écologie Les Verts)
  • Alain Robert (Parti socialiste)
  • Agnès Chrissement (Front national)
  • Oriane Lévêque (Union populaire républicaine)