Nantes: L'opposition demande le retour des anciens horaires dans les bus et les trams

TRANSPORTS La fréquence des transports en commun a été légèrement réduite depuis un mois. Mais revenir aux jours bleus est «impossible», estime le vice-président aux transports (PS) de Nantes métropole...

Julie Urbach

— 

NANTES, le 04/06/2013 Un tram de la TAN
NANTES, le 04/06/2013 Un tram de la TAN — Fabrice Elsner
  • Le nouveau calendrier de la TAN agace certains usagers, depuis la mise en place il y a un mois des jours verts
  • L'opposition municipale s'est saisie de la question et demande la remise en place «dès maintenant» des horaires bleus

Le sujet a pris une dimension politique. Alors que la grogne monte depuis un mois chez certains usagers des transports en commun nantais en raison du nouveau calendrier de la TAN, l’opposition municipale a décidé de s’emparer de la question. Dans un communiqué publié mardi, le groupe des élus de la droite et du centre dénonce notamment des « retards » et des « transports bondés ».

Assez pour demander que « la métropole, en lien avec la Semitan, remette en place dès maintenant les jours bleus, c’est-à-dire les jours classiques. » Depuis le 10 avril, en effet, les transports en commun circulent en semaine en « jours verts », c’est-à-dire avec une fréquence légèrement réduite et des horaires modifiés. « Les usagers (…), dont les tarifs ne cessent chaque année d’augmenter, n’ont pas à faire les frais de pareilles erreurs d’appréciation », estime le communiqué.

Un bilan ligne par ligne

« Repasser aux jours bleus est tout simplement impossible, répond Bertrand Affilé, vice-président (PS) aux transports à Nantes métropole, interrogé par 20 Minutes. On ne remettra pas tout en cause sur un coup de tête, et ce n’est pas responsable vis-à-vis des conducteurs et de leurs services. Si on doit changer quelque chose, et je ne dis pas qu’on ne le fera pas, c’est après avoir fait un bilan ligne par ligne, autour du 15 juin. »

L’élu tient à « relativiser » l’ampleur des désagréments et admet cependant que « le passage aux jours verts est peut-être intervenu un peu trop tôt ». « Nous n’avons peut-être pas assez rappelé aux usagers que ce changement allait intervenir et quelles en étaient les raisons », ajoute-t-il.

« La baisse de 8 % de l’offre sur la période d’avril à juin est redistribuée principalement sur toutes les vacances scolaires et l’été où la demande est de plus en plus forte », a justifié il y a quelques jours la direction de la Semitan, qui affirme moduler son niveau de service en fonction de la « fréquentation réelle du réseau ». Les voyageurs sont généralement moins présents en cette fin d’année scolaire, notamment en raison du départ des étudiants.