Nantes: Il aurait tué «son copain de boisson» pour une histoire de caleçon

JUSTICE Il a vécu avec le cadavre dans son jardin pendant un mois…

C.C

— 

Des magistrats au palais de justice de Nantes.
Des magistrats au palais de justice de Nantes. — © Fabrice ELSNER

C’est une histoire pour le moins rocambolesque. Depuis ce mardi, un homme est jugé par la cour d’assises de Loire-Atlantique pour le meurtre de « son copain de boisson » en 2014. Il a vécu, sans le savoir selon sa version, avec le cadavre de la victime dans son jardin pendant près d’un mois, rapporte Ouest-France.

>> A lire aussi : Un collégien arrêté pour le braquage d’un bureau de tabac à Saint-Nazaire

Sur fond d’alcoolisme 

Les deux amis vivaient ensemble au moment des faits dans un pavillon du quartier de la Contrie à Nantes. La victime, un homme de 57 ans, avait, en effet, un peu plus tôt accueilli son ami chez lui sur fond de marginalité et surtout d’alcoolisme. Ils luttaient tous les deux contre des problèmes d’alcool depuis des années.

Jusqu’au jour où la cohabitation entre les deux « copains de boisson » tourne au drame au printemps 2014. L’accusé de 33 ans affirme en être venu aux mains avec la victime car il détestait le voir en sous-vêtements : « On était bourrés, on s’est embrouillés à propos d’un caleçon. »

Il tente de brûler le corps

Dans la bagarre, il explique son ami est tombé sur la tête sur le sol en béton. À l’époque, il décide d’aller se coucher sans s’inquiéter de sa santé. Pendant plusieurs jours voire semaine, il dit ne pas s’être préoccupé de la disparition de son copain avant de finalement tomber sur son corps au fond du jardin. Là, il tente de le brûler pour cacher des preuves comme dans « les films criminels ».

>> A lire aussi : Deux jeunes sauvagement agressés par un groupe à Nantes

Le corps de la victime sera, en effet, découvert à moitié calciné. L’accusé est poursuivi pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner d’une personne vulnérable. Le verdict sera connu en fin de semaine.