Nantes: Après le succès de son réveil olfactif, il crée un objet pour vous aider à mieux dormir

INNOVATION Guillaume Rolland doit annoncer ce jeudi la réalisation d'une importante levée de fonds pour le développement d'Oria, un diffuseur d'odeurs apaisantes...

Julie Urbach
— 
Guillaume Rolland, inventeur du réveil olfactif et de Oria
Guillaume Rolland, inventeur du réveil olfactif et de Oria — S. Salom Gomis/ SIPA
  • Guillaume Rolland, à la tête de Sensorwake, doit annoncer ce jeudi une importante levée de fonds
  • Ce jeune Nantais de 20 ans prépare une nouvelle invention dénommée Oria, alors que son réveil olfactif a déjà été vendu à 15.000 exemplaires

S’endormir facilement et passer une nuit longue et réparatrice grâce à des odeurs apaisantes. C’est le concept d’Oria, un nouvel objet connecté qui promet d’améliorer la qualité de votre sommeil. Cette invention, actuellement présentée au concours Lépine à Paris, pourrait arriver sur votre table de nuit d’ici la fin de l’année, moyennant la somme de 99 euros. En attendant, elle a déjà remporté plusieurs prix comme au CES de Las Vegas, qui a réuni le gratin mondial des start-up au début de l’année.

Derrière cette idée se cache Guillaume Rolland, un entrepreneur nantais de 20 ans. Repéré il y a trois ans par Google alors qu’il bidouillait dans son garage, le jeune homme connaît aujourd’hui un succès fou grâce à son réveil olfactif, cet objet ingénieux qui vous tire du lit grâce à des capsules odorantes, déjà vendu à 15.000 exemplaires et disponibles dans des magasins comme Darty ou Nature et Découvertes.


« Oria, c’est la suite logique, assure Guillaume Rolland. Le sommeil est un enjeu très important, un Français sur trois déclare mal dormir ! Nous avons fait des études scientifiques qui montrent que l’on peut agir dessus grâce aux parfums. C’est vraiment très excitant. » Le diffuseur Oria, qui fonctionne aussi avec des capsules, promet un endormissement rapide et une qualité de sommeil renforcée. C’est avec Givaudan, le leader mondial de la création de parfums et d’arômes que sa start-up Sensorwake travaille depuis un an sur ce projet.

Une importante levée de fonds

D’ailleurs, l’entrepreneur doit annoncer ce jeudi le bouclage d’une première grosse levée de fonds de 1,6 million d’euros au total, dont une partie auprès de Givaudan (quatre fonds ont investi dont celui de la région Pays de la Loire). « Les équipes R & D de Givaudan, basées en Angleterre, ont mis au point le parfum relaxant. Nous nous occupons de mettre au point le reste, détaille Guillaume Rolland. Leur arrivée au capital est vraiment une grande reconnaissance. »


Et ce n’est pas terminé pour le jeune patron, qui emploie désormais 13 personnes (basées à Carquefou). L’un des objectifs de cette levée de fonds est notamment d’accélérer le développement à l’international de son réveil, qui doit débarquer au Japon prochainement, avec des senteurs yuzu (citron) et sakura (cerisier) avant les Etats-Unis, un marché « à très fort potentiel ». En attendant, Sensorwake cherche des « betatesteurs » pour Oria, avant sa commercialisation. Les candidats intéressés peuvent s’inscrire gratuitement sur le site Internet de la start-up pour le tirage au sort, prévu avant l’été.