Le CNI boude Sophie Jozan

MUNICIPALES Annick du Roscoät refuse de «figurer sur une liste qui accueille un anarchiste de gauche»...

A Nantes, Guillaume Frouin

— 

Annick du Roscoät claque la porte. La présidente nationale du Centre national des indépendants et paysans (CNI) a annoncé dans un communiqué qu’elle ne soutiendrait pas Sophie Jozan (UMP) aux municipales. Son parti est pourtant associé à l’UMP.

>> A lire également, l'extrême gauche se prend la tête avant les municipales...

«A titre personnel, j’ai décidé fin décembre de ne pas figurer sur une liste qui accueille à bras ouverts un anarchiste de gauche», fustige la Nantaise, référence faite à Yvon Chotard, le futur ex-adjoint de Jean-Marc Ayrault à la Coopération et aux Jumelages. Celui-ci a décidé de rejoindre la liste de Sophie Jozan, faute de proposition du député-maire (PS) de Nantes.

«L’union de la droite était possible avec Michel Hunault. Madame Jozan prend ses responsabilités en faisant une politique d’ouverture à gauche et de fermeture à droite», poursuit Annick du Roscoät, qui se présentera sur le deuxième canton de Nantes, en tant que suppléante de François de Chantérac.

Outre le député du Nord Christian Vanneste, le CNI compte parmi ses principaux élus Gilles Bourdouleix, le député-maire de Cholet (Maine-et-Loire).