Les arrêtés du maire attaqués

Guillaume Frouin - ©2008 20 minutes

— 

Un rassemblement a lieu ce matin devant le tribunal administratif de Nantes, en soutien à Jean-Louis Le Corre. L'emblématique maire (PCF) de Trignac va devoir défendre ses arrêtés qui interdisaient toute expulsion, coupure d'eau et d'électricité sur sa commune. Un premier arrêté avait déjà été annulé en 2006 à la demande du préfet, mais Jean-Louis Le Corre en avait sorti un nouveau en février 2007, en le justifiant par la récente loi Dalo (droit au logement opposable).

« Ces arrêtés ne doivent pas être annulés. Ils sont des outils pour obliger les bailleurs à trouver d'autres solutions », insiste Jean-Paul Martel, directeur de cabinet du maire communiste. Les textes concernent seulement les locataires « en difficulté économique et sociale », et non les mauvais payeurs de mauvaise foi. Environ 150 personnes sont expulsées chaque année de leur logement en Loire-Atlantique.