Nantes: Les éboueurs durcissement la grève et manifestent devant la mairie

PROPRETE 70 éboueurs ont manifesté devant la mairie et ont demandé à rencontrer la maire de Nantes ce vendredi matin...

Geoffrey Clémençon

— 

Les éboueurs se sont rassemblés devant la mairie ce vendredi matin.
Les éboueurs se sont rassemblés devant la mairie ce vendredi matin. — G. Clémençon/20 Minutes

«Johanna, Johanna», «Lefranc t’es pas franc», référence à Elisabeth Lefranc élue au personnel, réveil mouvementé pour les élus nantais ! Les éboueurs ont manifesté ce vendredi matin devant la mairie afin d’afficher leur détermination à participer à la réorganisation de leur journée de travail.

#nantes : manif des éboueurs devant la mairie ce matin. Ils ont interpellé @Johanna_Rolland avant le conseil municipal @BoueuxNantes pic.twitter.com/tZ7l95zAuS

«Nous, ce qu’on dénonce c’est le manque de dialogue : on veut négocier et non pas discuter. On a déjà été reçus trois fois mais sans résultat concret. Jusqu’à maintenant, on n’a pas voulu faire grève complètement afin de laisser la porte ouverte mais maintenant on hausse le ton !» clame Rachid Mimouni, délégué Force Ouvrière et rippeur. Pour symboliser cette colère, des pétards sont lancés afin de perturber le conseil municipal. Johanna Roland déclare, quant à elle, «que comme tout changement, je comprends que ça suscite des inquiétudes. La réorganisation prendra effet le 1er octobre, nous avons donc plusieurs mois devant nous pour en discuter.»

Le «fini-parti» pas en cause

Les éboueurs ont pris acte que le «fini-parti» était terminé mais ont d’autres réclamations : ne pas travailler le samedi, l’embauche à 6h30, ne pas rattraper les jours fériés le samedi et surtout donc discuter sur l’organisation d’une journée type de travail. Depuis le respect de la recommandation 437 imposant des mesures de sécurité comme le fait de ne plus courir ou de ne ramasser les bacs qu’un par un, les rippeurs mettent plus de temps pour finir leur tournée : «Il est impossible de finir la tournée dans les délais impartis, on ne pourra jamais absorber tous les déchets c’est infaisable il faut recalibrer nos journées. On n’est pas contre la réorganisation mais on veut y participer pleinement» assène Rachid Mimouni. Elisabeth Lefranc rétorque : «L'objectif de la réorganisation c'est bien de collecter mieux et collecter plus. Nous sommes très vigilants au service que l'on doit aux habitants.» De nouvelles discussions et de nouvelles propositions sont prévues en début de semaine prochaine, d’ici là, la contestation se poursuit.

Compte Twitter des éboueurs