Maltraitance animale: «On voit de plus en plus de chiens en danger de mort»

ANIMAUX L'association nantaise Urgence maltraitance animale dénonce une hausse des actes de cruauté...

Julie Urbach

— 

Ilonna ne pesait que 20 kg (au lieu de 35) lors de sa prise en charge
Ilonna ne pesait que 20 kg (au lieu de 35) lors de sa prise en charge — Urgence maltraitance animale

Elle se tapit au sol à chaque geste brusque, mais Hoana est désormais en sécurité. La semaine dernière, cette petite chienne croisée berger a pourtant bien failli mourir sous les coups de pieds et de couteau de sa maîtresse, quartier Bellevue à Nantes. Heureusement, un riverain n’a pas hésité à composer le numéro d’ Urgence Maltraitance animale, après de longues minutes d’aboiements déchirants. L’association nantaise, aidée par la police, a organisé son sauvetage.

Depuis à peine cinq ans, ses bénévoles interviennent dans tout le département au secours d’animaux battus. Ces derniers temps, si l’histoire d’Hoana est un cas extrême, les signalements explosent. « Nous avons déjà reçu 150 appels depuis le début de l’année, se désole Stéphanie Guého, la présidente de l’association. De voisins qui témoignent de cas de maltraitance physique, de malnutrition, de défaut de soins… »

A peine 20 kg au lieu de 35

En 2016, 900 appels ont été émis. Au final, près de 250 chats et chiens ont été retirés par Urgence maltraitance animale, qui agit sans mandat particulier (et ne fonctionne que grâce aux dons), mais souvent en lien avec la gendarmerie ou la police. « On voit de plus en plus de chiens en danger de mort », assure Stéphanie Guého.

Ilonna, par exemple, ne pesait que 20 kg (au lieu de 35) quand une équipe de l’association a sonné à la porte de ses maîtres, fin 2016. Derrière, un autre chien ainsi que deux chats se trouvaient dans la même situation de maigreur. « On distinguait tout leur squelette… Les propriétaires ne voyaient pas où était le problème, se rappelle Stéphanie. Pourtant, ce sont des gens comme vous et moi. On a même retrouvé un sac de croquettes chez eux… » Les animaux ont été placés dans l’une des 100 familles d’accueil de l’association, en vue de leur adoption définitive.

Violence et négligence

Depuis janvier, trois plaintes (dont une contre la maîtresse d’Hoana) ont été déposées par Urgence maltraitance animale. L’une vise un homme lui aussi soupçonné d’avoir infligé des coups de couteau à son chat. « Ça fait des années que je fais ça et je ne comprends pas comment on peut être aussi violent pour certains, ou négligent pour d’autres, souffle Stéphanie. Peut-être que passer devant un tribunal pourra les faire réfléchir. »

>> A lire aussi : Soixante chevaux «dans un état lamentable» saisis par 30 millions d'amis

L’association, qui va bientôt ouvrir une antenne dans le Cher, est de plus en plus sollicitée pour d’autres animaux. Elle a récemment sauvé des chevaux très maigres, mais aussi de plus petites bêtes comme des cochons d’Inde ou des lapins. « Pour eux, c’est souvent un problème d’hygiène ou de surpopulation, note Stéphanie. On trouve dix lapins dans une cage où il ne devrait y en avoir qu’un… »

Ce dimanche, plusieurs moutons morts ont été retrouvés dans un champ. Une triste issue qui est heureusement exceptionnelle : grâce à l’action de la structure, quelque 400 animaux ont déjà été adoptés.