FC Nantes: Pourquoi les Canaris peuvent résolument regarder vers le haut maintenant

FOOTBALL Après son succès (2-3) à Montpellier, samedi, les Nantais sont plus proches de la 5e place que la 18e place...

David Phelippeau

— 

La joie des Nantais après un des deux buts de Préjuce Nakoulma.
La joie des Nantais après un des deux buts de Préjuce Nakoulma. — PASCAL GUYOT / AFP

Le succès de la bascule vers la première partie de tableau. Samedi soir, dans un match un peu fou, le FC Nantes a arraché les trois points à Montpellier. Une septième victoire en L1 (en 13 matchs) sous l’ère Conceição qui permet aux Nantais d’occuper la 10e place au classement. C’est la deuxième meilleure place occupée depuis le début de la saison par les Canaris. Au soir de la première journée, en août, le FCN - après un succès (0-1) à Dijon - s’était classé 7e, avant une franche dégringolade… Désormais, Nantes peut lever la tête.

Parce que le maintien est dans la poche. Mathématiquement, ce n’est pas fait, diront les plus grincheux. Mais, nantis de 37 points, et surtout avec neuf points d’avance sur le barragiste (Nancy) et douze sur le 19e (Bastia), le matelas est replet et très confortable. Les Canaris sont désormais plus proches de la 5e place occupée par Marseille (à 8 points) que la 18e (à 9 points). Le Top 10, objectif annoncé l’été dernier, ne constitue pas une chimère.

>> A lire aussi : FC Nantes: Si le championnat avait débuté à l'arrivée de Conceição, le FCN serait 4e et européen

Parce que cette équipe a une forte personnalité. Giflé (4-0) très sévèrement à Monaco dimanche dernier, Nantes n’a pas tendu l’autre joue samedi dans l’Hérault. « C’est le signe du caractère et de la personnalité de l’équipe », a expliqué, très satisfait, l’entraîneur Sergio Conceição. Menés (1-0) puis égalisés (2-2) à quelques minutes de la fin, les Canaris n’ont jamais perdu le fil contre Montpellier et ont fini par l’emporter par Sala. Il y a une dizaine de jours, le FC Nantes avait remonté un handicap de deux buts en quelques minutes pour arracher le nul (2-2). Une preuve supplémentaire du caractère et de la confiance accumulée depuis l’arrivée de Conceição.

>> A lire aussi : FC Nantes: «Notre objectif est de rester en L1», Conceição fait des miracles, mais ne s'enflamme pas

Parce que l’attaque est d’attaque. Sur les six dernières rencontres de L1, Nantes a inscrit trois fois trois buts (contre Marseille et Dijon, et à Montpellier) ! Impensable il y a encore quatre mois… Et pour cause : lors des 16 premières journées de championnat, avec René Girard sur le banc puis Philippe Mao (intérim d’un match), Nantes avait marqué 9 buts.

>> A lire aussi : INFOGRAPHIE. FC Nantes: L'attaque actuelle des Canaris en passe de marquer... pas un but, mais l'histoire

Parce que Sergio Conceição est sur le banc. Nantes est transfiguré depuis l’arrivée de Conceição. Et l’effet du technicien portugais ne s’essouffle pas comme certains observateurs l’imaginaient.

« Il nous transmet ses messages de façon très forte et ça touche tout le monde. On a envie de se battre pour ce coach. Il donne beaucoup et on lui rend sur le terrain. » Guillaume Gillet, souvent méconnaissable avec Girard et symbole du renouveau sous Conceição, a tout résumé.

>> A lire aussi : FC Nantes: «Parfois, on s'entraîne encore, il fait noir...», glisse, avec le sourire, Guillaume Gillet