HBC Nantes: Après Emonet et Lazarov, un jeune Hongrois s'engage pour deux ans au «H»

HAND Rudolf Faluvegi, arrière gauche de 23 ans, sera Nantais à partir de la saison prochaine...

David Phelippeau

— 

Rudolf Faluvegi, lors du dernier Euro en Pologne.
Rudolf Faluvegi, lors du dernier Euro en Pologne. — JANEK SKARZYNSKI / AFP

L’équipe nantaise de la saison prochaine prend déjà forme. Ce lundi, le HBC Nantes, qui est 2e de LNH et qui a fait un grand pas dimanche vers la qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions (succès 25-31 à La Rioja de Valladolid), a officialisé la signature de l’arrière gauche hongrois Rudolf Faluvegi (1,92 m, 92 kg). Le joueur de 23 ans, qui évolue dans le club hongrois de Csúrgói KK, sera Nantais pour deux ans à partir de l’été prochain.

>> A lire aussi : Hand: «Je conseille à Manaudou de faire de la pétanque», l'entraîneur de Nantes fracasse Florent Manaudou

Gaël Pelletier se dit satisfait de ce renfort. « Rudolf vient finaliser l’effectif pour la saison prochaine, c’est un joueur de talent avec énormément de combativité, bien dans l’esprit du « H », explique le président nantais. Attaquant, défenseur et comptant malgré son jeune âge des sélections en équipe nationale de Hongrie, il a notamment participé à l’Euro 2016 [13 buts lors de l'épreuve en Pologne] et, ces deux dernières années, il a brillé en Coupe EHF avec son club de Csúrgói KK. »

Il peut jouer en attaque et en défense

L’entraîneur Thierry Anti ne tarit (évidemment) pas d’éloges sur cette recrue. « On avait besoin d’un joueur pour remplacer Théo Derot [qui s’en ira à Aix en fin de saison] sur le poste et Rudolf a un grand potentiel. […] Il peut jouer attaque/défense, ce qui est important pour nous, il se projette vite vers l’avant et il est très volontaire. Rudolf a la fougue de la jeunesse et son profil est très intéressant pour nous. »

Faluvegi est la troisième recrue officialisée pour la saison à venir après l’étonnante signature de Lazarov et celle de Julian Emonet.

>> A lire aussi : HBC Nantes: Sérieusement, comment le «H» a-t-il pu attirer un joueur comme Lazarov?