FC Nantes: «Certains coachs français devraient s'inspirer des Portugais», explique l'ex-joueur Tixier

FOOTBALL Beaucoup d'entraîneurs portugais - comme Conceição (Nantes) et Jardim (Monaco) qui s'affrontent dimanche soir - ont la cote en Europe...

David Phelippeau

— 

Sergio Conceição et Leonardo Jardim.
Sergio Conceição et Leonardo Jardim. — REMY GABALDA / FRANCK FIFE / AFP

Jardim et Conceição vont se croiser, dimanche soir, à l’occasion de Monaco-Nantes. Un match dans le match entre deux techniciens formés à la même école portugaise. Deux éléments qui s’inscrivent dans une longue liste d’entraîneurs portugais ( Vitor Pereira, Marco Silva…) qui ont de plus en plus la cote sur le marché européen. Mais y a-t-il vraiment une marque de fabrique pour les coachs issus de cette culture ? Après enquête, c’est certain. Et la « méthode portugaise » détonne.

>> A lire aussi : FC Nantes: «C'est déjà plus professionnel pour tout le monde maintenant...», explique Koffi Djidji

« C’est basé sur le jeu, le jeu encore le jeu, analyse l’ancien Canaris Damien Tixier, passé par Naval, Coimbra et Leiria de 2000 à 2006. Le physique passe au second plan. C’est tout l’inverse de la France. Ou alors, si tu cours, c’est avec ballon… » A Nantes, après quelques séances avec Conceição, la plupart des Canaris avaient observé cette spécificité. « Les techniciens portugais ne travaillent pas autant le physique qu’en France ou alors, ils le font totalement différemment », corrobore Marco Martins, correspondant en France de Record. « Beaucoup d’entraîneurs du Portugal veulent que leur équipe ait la possession de balle, poursuit Florent Hanin, défenseur français actuellement à Belenenses. Le physique, on le travaille à travers des petits jeux réduits à haute intensité. » Une méthode plus ludique qui tranche avec les tours de terrain imposés par certains coachs français…

>> A lire aussi : FC Nantes: Si le championnat avait débuté à l'arrivée de Conceição, le FCN serait 4e et européen

Du jeu, du ballon, mais aussi beaucoup de tactique. « Au Portugal, la formation ne privilégie pas les joueurs athlétiques, mais les joueurs techniques, explique Martins. C’est pour cette raison qu’on retrouve de nombreux éléments petits et fins comme Adrien Silva, Bernardo Silva ou André Martins. » Ces petits « formats » quand ils mettent les pieds dans le monde pro « bouffent » alors beaucoup de tactique. « Ça se complète parfaitement, note Hanin. Il y a une grosse volonté de travailler tactiquement au Portugal, beaucoup plus qu’en France. »

>> A lire aussi : FC Nantes: Il faut oublier tout de suite les 35 heures avec Sergio Conceição…

Un concept au nom barbare émerge même : il s’agit de la périodisation tactique (développée par Vitor Frade, ancien coach de Boavista et adjoint à Porto dans les années 90). Une sorte de mise en pratique des situations de match à travers l’entraînement. Les exercices, situations ou jeux proposés doivent coller à des situations ou problèmes de matchs pouvant être rencontrés le week-end et devant être résolus.

« On ne faisait que ça avec Jorge Jesus à Leiria, se souvient Tixier. Les onze joueurs titulaires se mettaient en place sur le terrain, avec ou sans opposition et on reproduisait des actions de match. Il interrompait beaucoup les séances et il se baladait toujours avec son petit calepin, vous savez, un peu à la manière d’un coach de basket. »

Conceição fait une dernière séance le matin du match

Florent Hanin est confronté à cet exercice toutes les semaines : « Si votre collègue met le ballon, on vous dit exactement où vous devez être… Jorge Jesus est connu pour être un coach capable de casser la tête d’un joueur qui est mal positionné de deux centimètres. Comme à l’école, cette méthode est un vrai pense-bête qui vous sert en situation réelle de match. »

A Nantes, le matin du match, Conceição, véritable ennemi du hasard, pratique généralement cette mise en place, en complément de la vidéo, en travaillant sur le comportement de son équipe, tout en tenant compte des spécificités de l’adversaire.

En attendant, Tixier et Hanin avouent tous les deux avoir beaucoup appris tactiquement avec les différents coachs portugais fréquentés. « On joue vraiment comme on s’entraîne là-bas », résume Hanin. « Tu sais toujours ce que tu dois faire les jours de match là-bas, conclut Tixier. Cette culture tactique portugaise, il faudrait vraiment que certains coachs français s’en inspirent… »

>> A lire aussi : FC Nantes: «Si le président ne me jette pas, je reste...», confie, en riant, Sergio Conceição