La lettre de Jean-Marc Ayrault à Christine Boutin

LOGEMENT Le maire de Nantes a écrit à la ministre au sujet des sans-abri...

— 

Voici la lettre que le maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, a envoyé le 19 décembre à Christine Boutin, ministre du Logement.

«Madame la Ministre,
J’ai l’honneur d’appeler votre attention sur la situation de l’hébergement et du logement d’urgence à Nantes, alors que le dispositif du plan grand froid a été activé dans ma ville.
La ville de Nantes apporte 2 millions d’euros par an à l’urgence sociale, et met à disposition la quasi-totalité des locaux d’hébergement et d’accueil utilisés dans le cadre du PARSA. Sur le plan du suivi et de l’accompagnement social des personnes sans-abris, alors qu’il s’agit d’une compétence de l’Etat, 14 personnes sont salariées par la ville au sein du service d’accompagnement des personnes sans domicile de la ville de Nantes (S.A.P.S.D.) pour assurer cette mission.
Quand bien même cette politique est relayée par l’action exemplaire de nombreux bénévoles au service des plus démunis, cela ne saurait masquer les graves carences dans l’aide qu’est censé nous apporter l’Etat, pour une mission, la prise en charge des sans-abris, qui est de son ressort.
A ce jour, l’absence de moyens octroyés par l’Etat à ma ville crée des situations intolérables pour l’accueil des personnes sans-abris. Les places d’hébergement de stabilisation sont insuffisantes, les lieux d’accueil réservés uniquement aux femmes ne sont pas assez nombreux, les personnes accompagnées de chien ne peuvent être hébergées en nombre adéquat, la question des personnes âgées sans domicile fixe ne trouve pas de réponse appropriée.
Je ne puis tolérer que des personnes sans abri ne soient accueillies dignement et de manière pérenne, parce qu’un acteur public n’a pas pris sa part de responsabilité dans le financement des mesures qui permettraient de répondre au défi qui nous est présenté.
A ce titre, il me serait agréable de connaître vos intentions quant aux moyens que l’Etat peut débloquer pour construire des réponses de long terme aux plus démunis.
Confiant dans l’intérêt que vous porterez à cette requête,
Dans l’attente de votre réponse,
Je vous prie de croire, Madame la Ministre, à l’assurance de ma considération distinguée.»


Jean-Marc AYRAULT