Nantes: Deux cars de militants FN pris pour cible par des opposants

PRESIDENTIELLE Hormis un incident, l'accès au meeting de Marine Le Pen ce dimanche à Nantes a été peu perturbé...

F.B.

— 

Des spectateurs devant le Zénith de Nantes avant le meeting de Marine Le Pen.
Des spectateurs devant le Zénith de Nantes avant le meeting de Marine Le Pen. — F.Brenon/20Minutes

Après la manifestation et les heurts en centre-ville de Nantes samedi après-midi, les opposants au Front national et à Marine Le Pen voulaient remettre ça, ce dimanche. Objectif : perturber au maximum la venue des militants attendus pour le meeting prévu à 15h au Zénith de Nantes.

Une opération-escargot était annoncée dès 12h30 sur les routes d’accès au Zénith. Finalement, les perturbations ont été minimes et le meeting de la candidate à la présidentielle a pu débuter comme prévu. Près de 4.000 spectateurs étaient présents dans la salle, beaucoup étant venus « très en avance ».

Il faut dire que les forces de l’ordre étaient au rendez-vous pour sécuriser les lieux. Près de 500 CRS étaient mobilisés aux abords du Zénith.

Deux cars attaqués sur la route de Rennes

Le seul véritable incident s’est déroulé hors de l’agglomération nantaise, à hauteur de Grandchamps-des-Fontaines, non loin de Notre-Dame-des-Landes. Deux cars transportant des militants FN venus de Bretagne ont été attaqués puis bloqués quelques minutes, sur la 2x2 voies, par des opposants, rapporte le FN.

Les véhicules ont reçu des projectiles. L’un d’entre eux a été couvert de peinture. « Il y avait des obstacles sur la route. Des hommes cagoulés ont débarqué d’un seul coup. Nous sommes tous restés à l’intérieur », raconte Christian, un militant FN.

L'action a été revendiquée par des Zadistes de Notre-Dame-des-Landes. «Nous le répétons, dans une France sous état d'urgence, où la police ratonne dans les banlieues et rafle les migrants, nous ne laisserons pas fleurir le racisme et la xénophobie au prétexte de liberté», justifient-ils dans un communiqué.

Incidents samedi

Le trafic sur la 2x2 voies Rennes-Nantes a dû être coupé. « Vous avez su montrer que vous n’aviez pas peur », s’est réjouit l’acteur Franck de Lapersonne sur la scène du Zénith de Nantes quelques minutes après que le public a chanté « On est chez nous ».