Elections à la FFF: Le Nantais Jean-Pierre Clavier se retire de la course

FOOTBALL Il est l’un des fondateurs du Conseil national des supporters français (CNSF)...

D.P. avec AFP

— 

Le siège de la Fédération française de football à Paris.
Le siège de la Fédération française de football à Paris. — BERTRAND GUAY / AFP

Le juriste nantais Jean-Pierre Clavier, l’un des fondateurs du Conseil national des supporters français (CNSF), a décidé de renoncer à briguer la présidence de la Fédération française de football (FFF), dont l’élection aura lieu le 18 mars prochain.

>> A lire aussi : FFF: Un Nantais se présente à l'élection du futur président

« Nous ne déposerons pas de liste pour l’élection à la présidence de la Fédération française de football (FFF) », a annoncé Jean-Pierre Clavier, de la liste « supporters de la transparence », jeudi dernier, date limite pour le dépôt des candidatures.

Il estime avoir été entendu 

Pourquoi ce renoncement ? « Parce qu’on a atteint ce qu’on voulait faire quand on s’est engagé » dans cette campagne, a expliqué Jean-Pierre Clavier. « Nous n’avions aucune chance d’être élus, notre ambition était de peser dans le débat, d’amener ceux qui ont une chance d’être élus d’intégrer nos idées dans le débat. »

Clavier, qui avait annoncé en septembre être candidat à la présidence de la FFF, a assuré que « tous ceux que nous avons rencontrés » [les candidats Noël Le Graët, Jacques Rousselot et Eric Thomas, président de l’Association française du football amateur (AFFA)] « se sont engagés à ouvrir la fédération, et plus spécialement la haute autorité de la FFF, à une représentation des supporters. »

>> A lire aussi : FFF: Énorme surprise (ou pas)... Noël Le Graët est candidat à sa propre succession

En revanche, Noël Le Graët, président sortant, Jacques Rousselot, son principal challenger, Eric Thomas, et David Donadei, qui revendique le soutien des anciens footballeurs Michel Bensoussan ou Hippolyte Dangbeto, ont tous envoyé leur dossier de candidature respectif à la FFF.

Ces derniers doivent être étudiés le 21 février par une commission électorale au sein du service juridique de la Fédération française de football (FFF), puis validés par le comité exécutif de l’instance deux jours plus tard, le 23 février, veille du coup d’envoi officiel de la campagne.

>> A lire aussi : Coupe du monde à 48: Noël le Graët estime que c'est une décision «généreuse»