Nantes: La police se réinstalle en plein centre-ville

SECURITE Après trois ans de fermeture, le commissariat du cours Olivier-de-Clisson, a rouvert ses portes au public...

Julie Urbach
— 
Le commissariat cours Olivier de Clisson, à Nantes
Le commissariat cours Olivier de Clisson, à Nantes — J. Urbach/ 20 minutes

Les nouveaux Nantais n’ont sûrement pas tous connaissance de son existence. Certains riverains et commerçants attendaient sa réouverture « avec impatience ». Après trois ans de fermeture, le commissariat de police du cours Olivier-de-Clisson, en plein centre-ville, a de nouveau ouvert ses portes ce lundi.

Le bâtiment de 500 m2, qui avait été fortement dégradé « par un engin incendiaire » lors de la manifestation anti-aéroport du 22 février 2014 à Nantes apparaît entièrement rénové. Il propose un « accueil plus spacieux », un bureau adapté pour le dépôt de plaintes, et deux cellules de garde à vue. Il est accessible au public du lundi au vendredi, de 9h15 à 18h, et fermé le week-end.

Le hall du commissariat cours Olivier de Clisson, à Nantes
Le hall du commissariat cours Olivier de Clisson, à Nantes - J. Urbach/ 20 minutes

« Présence renforcée »

Si les effectifs de la police nationale sont inchangés, cette réouverture semblait attendue. Johanna Rolland, la maire (PS) de Nantes parle ainsi d’un « symbole, vers plus de proximité et de sécurité ». Elle a par la même occasion confirmé le déploiement de la vidéosurveillance « là où il y en aura besoin ».

Alors que les unités de voie publique devaient, depuis trois ans, faire des allers-retours incessants entre leur zone (grand centre-ville, Malakoff, île de Nantes) et le commissariat de Waldeck-Rousseau, « leur présence va être de fait renforcée », assure Jean-Christophe Bertrand, le directeur de la sécurité publique. « Les rondes pédestres vont être facilitées, continue-t-il. La visibilité des fonctionnaires sera plus importante dans le secteur. »

>> A lire aussi : A Nantes, la police municipale se déploie désormais dans les quartiers

Une nouvelle également bien accueillie par la Semitan, concernée par les problématiques de sécurité et de violences. Car ces nouveaux locaux serviront aussi de « base arrière » pour la brigade de sécurisation des transports en commun. « On a connu des problèmes liés au trafic de drogue à Commerce, reconnaît Hervé Bruand, directeur d’exploitation à la Semitan. On espère qu’il pourra être définitivement enterriné grâce à une dissuasion par la présence. »

Traitement des contraventions

Malgré de nouvelles dégradations samedi (la façade a été aspergée de peinture rose lors d’une manifestation de « soutien à Théo »), l’inauguration officielle s’est déroulée ce lundi midi en présence de certains des 35 fonctionnaires de police qui travailleront dans le commissariat du centre-ville.

En plus des douze agents en charge de la sécurisation sur la voie publique, les services de l’office du ministère public, jusqu’alors installés à Waldeck-Rousseau, ont déménagé. Ces agents sont chargés de la gestion des contraventions et des contentieux. Entre 30.000 et 35.000 dossiers sont traités chaque année par le tribunal de police de Nantes.