VIDEO. Folle journée de Nantes: Quand le public est prié de faire sonner son portable en plein concert !

INSOLITE Samedi soir, des spectateurs du grand auditorium de la Cité des congrès, munis de leurs smartphones, ont interagi avec l’orchestre…

Julie Urbach

— 

Des smartphones utilisés comme instruments de musique lors d'un concert de la Folle journée
Des smartphones utilisés comme instruments de musique lors d'un concert de la Folle journée — Capture d'écran Arte

Scène inhabituelle à la Cité des congrès de Nantes, samedi soir. Alors qu’il est d’usage d’enclencher le mode silencieux de son téléphone portable lorsque l’on assiste à un concert, certains spectateurs de la Folle journée de Nantes ont été encouragés à faire l’inverse.

A 20h30, dans le grand auditorium, le chef de l’orchestre philharmonique de l’Oural s’est tourné vers le public et a fait successivement signe aux différentes parties de la salle. Là, des dizaines d’écrans lumineux se sont allumés entraînant divers sons aigus, rappelant pour certains le chant des oiseaux. Quelques minutes après, ce sont les musiciens eux-mêmes qui ont sorti leur smartphone, appelant le public à les imiter.

Un fichier MP3 à télécharger

Il s’agissait en fait de l’une des surprises de la 23e édition de la Folle journée, sur le thème de la danse, qui se déroule à la Cité des congrès de Nantes jusqu’à ce dimanche soir. Les spectateurs avaient la veille reçu un mail des organisateurs leur proposant de télécharger un fichier MP3 en guise d’ouverture de la passacaglia Secret du vent et des oiseaux de Tan Dun, compositeur chinois contemporain. L’idée était de s’inspirer « des sons de la nature, que s’attachent à reproduire des téléphones portables imitant le son d’instruments traditionnels chinois ».

D’autres scènes insolites, comme ce concert où plusieurs spectateurs avaient appris en avance une chorégraphie de danse pour entraîner le reste de la salle, ont marqué le festival. Quelque 140.000 spectateurs sont attendus jusqu’à ce dimanche soir.

Le concert, retransmis sur Arte, est à revoir par ici