Nantes: Condamnée pour avoir frappé l'instituteur de sa fille et tenté de l'étrangler

FAITS DIVERS Une femme a écopé de dix mois de prison avec sursis, jeudi

J.U. avec AFP

— 

Premier de rentree scolaire dans une ecole maternelle de Toulouse petits sacs d'ecolier suspendus a un porte manteau.
Premier de rentree scolaire dans une ecole maternelle de Toulouse petits sacs d'ecolier suspendus a un porte manteau. — Alexandre GELEBART/REA

Une mère de famille a été condamnée jeudi à 10 mois de prison avec sursis pour avoir frappé et tenté d'étrangler l'instituteur de sa fille, scolarisée en classe de CM1 à Nantes, a-t-on appris auprès de l'avocat de la partie civile.

«Cette condamnation est assortie d'une mise à l'épreuve pendant trois ans, l'obligeant notamment à suivre des soins psychologiques et lui interdisant d'entrer en contact avec la partie civile», a précisé Me Guillaume Bouché.

Frappé au visage

Pour « un différend stupide » faisant suite à « une accumulation d’incidents en décembre », cette femme est arrivée en janvier dernier à l’improviste dans l’école de son enfant. Considérant que sa fille n’était pas correctement traitée (elle croyait notamment que le prof avait lancé un ballon en direction de son enfant), elle a alors demandé à voir le professeur. Ce dernier a proposé une entrevue dans une salle de réunion.

La mère aurait alors craché, outragé, menacé puis frappé au visage l’enseignant, avant de tenter de placer son écharpe autour de son cou, avait alors indiqué le parquet.