Nantes: La plus grande toiture photovoltaïque de l'Ouest sera celle du futur MIN

URBANISME Le futur marché d'intérêt national, à Rezé, doit ouvrir ses portes en 2018...

Julie Urbach

— 

Image de synthèse du futur MIN recouvert de panneaux photovoltaiques
Image de synthèse du futur MIN recouvert de panneaux photovoltaiques — Armor Green

Près de 32.000 m2 de surface recouverts par 19.000 panneaux photovoltaïques… Le toit du futur MIN de Nantes prévu pour ouvrir fin 2018 à Rezé, constituera la plus grande installation solaire en toiture du Grand Ouest, a annoncé la métropole ce lundi. Le groupement Armor Green a été choisi par Nantes métropole pour réaliser les opérations. Les panneaux seront fabriqués à Saint-Herblain et produiront 5GWH par an, soit la consommation de 2.000 foyers : 10 % sera dédiée au marché d’intérêt national, le reste de l’électricité sera revendu.

Une annonce qui intervient alors que le ministre de l’Aménagement du territoire Jean-Michel Baylet a visité ce lundi midi le chantier du MIN, qui va quitter l’île de Nantes afin de laisser de l’espace pour l’arrivée du nouveau CHU. Il a annoncé une rallonge de 1,5 million d’euros de la participation de l’Etat (soit une enveloppe de 9,5 millions d’euros) au projet dont le budget global atteint 148 millions d’euros.

Chantier impressionnant

D’ici là, un chantier aux dimensions impressionnantes a démarré sur la ZAC de la Brosse, non loin du périphérique. 150.000 m3 de terrassements ont déjà été réalisés, des dizaines de kilomètres de tuyaux ont été installés. Les travaux pour recueillir les eaux pluviales, qui seront stockées en sous-sol (une réserve de l’équivalent de deux piscines olympiques !) sont en cours. « Ce MIN sera le plus moderne de France », se félicite Laurent Jacquet, chef de projet du transfert de l’équipement.

Le site qui accueillera le futur MIN fait 19,4 ha
Le site qui accueillera le futur MIN fait 19,4 ha - J. Urbach/ 20 Minutes

A partir d’avril, le bâtiment de 350 mètres de long commencera à s’élever sur près de 20 hectares de terrain, grâce à la présence de 300 ouvriers. Dessiné par l’architecte Erik Guidice, il hébergera une centaine d’entreprises (grossistes, producteurs, services logistiques), dont une grosse partie du MIN. Aux abords du site, un pôle agroalimentaire fera monter à 2.000 le nombre d’emplois attendus sur place.