Pays de la Loire: La vitesse réduite de 20 km/h jusqu'à mardi en raison du pic de pollution

ENVIRONNEMENT La qualité de l'air continue à se dégrader dans la région, en raison de la vague de froid...

Julie Urbach

— 

Le périphérique de Nantes (porte de Rezé)
Le périphérique de Nantes (porte de Rezé) — J. Urbach/ 20 Minutes

Automobilistes, il va falloir lever le pied sur le réseau routier des Pays de la Loire, au moins jusqu'à mardi soir. En raison d’une pollution aux particules fines qui perdure, comme ailleurs dans le pays, la « procédure d’alerte » a été déclenchée lundi matin par l’organisme de contrôle Air Pays de la Loire. En clair, en raison des fortes concentrations de microparticules et d’une qualité de l’air jugée « mauvaise à très mauvaise », des mesures réglementaires ont été prises par le préfet, pour toute la région.

La vitesse maximale sur autoroutes et 2x2 voies (dont le périphérique) sera ainsi abaissée de 20 km/h pour la journée de lundi (on roulera donc à 70 km/h partout sur le périph nantais, mais sans descendre en dessous). Les véhicules émettent en effet moins de particules à vitesse modérée. «Des contrôles de vitesse et anti-pollution
pourront être réalisés», précise la préfecture.

La dégradation « devrait se poursuivre »

D’autres mesures sont également entrées en vigueur comme l’interdiction de tout brûlage à l’air libre, ou l’arrosage des chantiers émetteurs de poussières.

Plus généralement, la préfecture demande de privilégier les transports en commun et le covoiturage, ainsi que de maîtriser la température de son logement ou de son lieu de travail.

Emises principalement par le transport routier, le chauffage urbain et l’industrie, les particules fines sont des poussières polluantes invisibles à l’œil nu. Capables de pénétrer profondément dans l’organisme, elles peuvent entraîner des difficultés respiratoires chez les personnes sensibles et vulnérables (personnes âgées, enfants de moins de 5 ans, sujets asthmatiques, femmes enceintes…). Elles s’accumulent avec les chauffages qui tournent à fond, et peinent à se dissiper en raison du froid.