Pays de la Loire: Pollution de l'air aux particules fines au moins jusqu'à lundi inclus

ENVIRONNEMENT L’augmentation du chauffage urbain participe à la dégradation de la qualité de l’air…

Frédéric Brenon

— 

L'île de Nantes et le centre-ville de Nantes.
L'île de Nantes et le centre-ville de Nantes. — F.Brenon/20Minutes

C’est l’une des conséquences du froid. Une alerte à la pollution de l’air aux particules fines a été lancée ce vendredi par Air Pays de la Loire, l’organisme de contrôle de la qualité de l’air. Les cinq départements de la région sont concernés : la qualité de l’air y est jugée « mauvaise à médiocre » et ce jusqu’à au moins lundi inclus.

« La baisse des températures constatée cette semaine entraîne une augmentation des émissions de polluants liés à l’usage des systèmes de chauffage », justifie Air Pays de la Loire. Le beau temps et le vent modéré favorisent la pollution.

Difficultés respiratoires possibles

Emises principalement par le transport routier, le chauffage urbain et l’industrie, les particules fines sont des poussières polluantes invisibles à l’œil nu. Capables de pénétrer profondément dans l’organisme, elles peuvent entraîner des difficultés respiratoires chez les personnes sensibles et vulnérables (personnes âgées, enfants de moins de 5 ans, sujets asthmatiques, femmes enceintes…).

Il est donc conseillé à ces personnes de limiter les activités physiques, d’éviter les grands axes routiers et d’envisager des sorties extérieures plus brèves que d’habitude.

Eviter la voiture et les feux de cheminée

Plus globalement, Air Pays de la Loire demande aux habitants d’éviter autant que possible d’emprunter la voiture pour se déplacer, de ne pas faire de feu de cheminée d’agrément (a fortiori dans un foyer ouvert), de ne pas surchauffer son logement ou son lieu de travail.

Le dernier pic de pollution de l’air aux particules fines en Pays de la Loire remonte au 30 décembre dernier.

>> A lire aussi : Loire-Atlantique: Faut-il s'inquiéter de la qualité de l'air du département?