Nantes: Un numéro et un site dédiés à la tranquillité publique lancés le 1er février

SÉCURITÉ Le nouveau service devancera la future Maison de la tranquillité, laquelle est retardée...

Frédéric Brenon

— 

Des policiers municipaux de la ville de Nantes.
Des policiers municipaux de la ville de Nantes. — F.Brenon/20Minutes

Un numéro de téléphone et un site Internet dédiés aux problématiques de sécurité et de tranquillité publique seront lancés le 1er février, annonce la ville de Nantes. Ces deux outils, qui devancent la future Maison de la tranquillité publique dont l’ouverture à la Manufacture est ajournée de plusieurs mois pour cause de travaux sur le bâtiment, auront pour but d’enregistrer les demandes des habitants et de leur fournir rapidement une réponse individuelle.

Un suivi personnalisé

« La réponse devra être apportée une semaine après au plus tard, promet Gilles Nicolas, adjoint au maire. Si le sujet est complexe, un suivi personnalisé sera assuré par un interlocuteur dédié. C’est un changement important pour les habitants. Ils sauront à qui s’adresser et auront la garantie que leur demande ne se perd pas entre les différents services. »

>> A lire aussi : Nantes: Les policiers municipaux seront équipés de flash-ball et caméras (mais pas d'armes à feu)

Le service s’occupera des problématiques entrant dans les compétences de la police municipale : nuisances, incivilités, stationnement, propreté, déménagement, bruit… Il ne sera pas compétent, en revanche, pour les missions de la police nationale (délinquance, racket, cambriolages, stupéfiants…) mais assurera la liaison et le suivi des demandes si besoin.

Ouvert même le samedi

Le numéro de téléphone (02 40 41 99 99) sera accessible du lundi au vendredi de 8h à 19h et le samedi de 8h à 13h. En attendant l’ouverture de la Maison de la tranquillité publique, des rendez-vous physiques pourront tout de même avoir lieu dans les bureaux administratifs à la Manufacture.

En parallèle, la ville de Nantes déploiera également le 1er février ce qu’elle appelle « l’îlotage de proximité », c’est-à-dire une présence renforcée de policiers municipaux dans tous les quartiers nantais.