Loire-Atlantique: Le très haut débit va s'étendre dans tout le département

INTERNET Après le déploiement du haut débit, le conseil départemental investit massivement pour équiper une quarantaine de communes en très haut débit...

Frédéric Brenon

— 

Extension d'un réseau de fibre optique en France (illustration).

Extension d'un réseau de fibre optique en France (illustration). — F.Durand/Sipa

La grande majorité des foyers des métropoles nantaise et nazairienne disposent depuis plusieurs années d’une connexion Internet haut débit (supérieur à 2 Mbps) ou très haut débit (supérieur à 30 Mbps) installée par les opérateurs privés.

De plus en plus de logements reçoivent même la fibre optique directement à domicile (réseau FTTH), ce qui leur offre une vitesse d’au moins 200 Mbps. Idéale pour partager sans souci une connexion familiale entre plusieurs utilisateurs, télécharger un film en quelques secondes ou déployer la domotique dans une maison.

Le haut débit vient juste d’arriver

La situation n’est pas si rose dans le reste de la Loire-Atlantique. Depuis 2013, le conseil départemental a investi 22 millions d’euros pour réduire les « zones d’ombre » et relier en haut débit plus de 75 000 usagers auparavant mal desservis.

« Un habitant sur 6 n’avait même pas 2 Mbps il y a 5 ans, ils ne sont plus que 3 % aujourd’hui. Pour les particuliers comme pour les entreprises, ça représente un progrès énorme au quotidien. Le numérique est devenu indispensable », justifie Philippe Grosvalet, président PS du département.

La carte du haut débit et très haut débit en Loire-Atlantique fin 2016.
La carte du haut débit et très haut débit en Loire-Atlantique fin 2016. - Conseil départemental

Place à la fibre à domicile

Le prochain gros chantier concerne le déploiement du très haut débit, encore peu répandu en dehors des métropoles. Plus de 100 millions d’euros vont cette fois-ci être dépensés pour raccorder 108.000 domiciles et locaux d’entreprises à la fibre optique FFTH (connexion d’au moins 200 Mbps).

Le conseil départemental y consacrera à lui seul 60 millions d’euros, soit le plus gros investissement du mandat. « La négociation est en cours avec l’opérateur qui mènera le chantier », indique le département. Les travaux seront lancés ces prochains mois et vont durer jusqu’en 2020. Plus de 40 communes vont en bénéficier : Ancenis, Châteaubriant, Pornic, Vallet, Clisson, Treillières, Blain, Savenay, Saint-Etienne-de-Montluc, Pont-Saint-Martin, Vigneux, Pontchâteau, Nozay, Legé…

Pour savoir si vous êtes concerné, un site dédié a été ouvert par le département.

Zones d’ombre

Le nombre de foyers dépourvus de haut débit en Loire-Atlantique est estimé à 7.000. Principalement dans des villages de communes rurales. Leur nombre devrait descendre à 2.000 d’ici 10 ans.