Nantes: Le nouveau « quartier de la santé » est lancé sur l'île de Nantes

SANTÉ Les premiers chercheurs sont installés dans des nouveaux bâtiments près de l'usine Béghin-Say, en attendant le CHU...

Frédéric Brenon

— 

Un laboratoire de recherche du bâtiment Nantes Biotech, sur l'île de Nantes.
Un laboratoire de recherche du bâtiment Nantes Biotech, sur l'île de Nantes. — F.Brenon/20Minutes

Certes, l’ouverture du nouveau CHU n’est prévue que pour 2026. Pourtant, sans attendre sa locomotive, le nouveau « quartier de la santé » voulu par Nantes métropole est déjà lancé sur l’île de Nantes. Les deux premiers bâtiments, qui accueillent l’Institut de recherche en santé (IRS) 2 et Nantes Biotech, ont été inaugurés ce vendredi près de l’usine Béghin-Say. Tous deux réunissent pour l’heure 150 chercheurs, un effectif qui grimpera progressivement jusqu’à 300.

Meilleures conditions de travail

Petit frère de l’IRS 1, situé quai Moncousu près des Urgences, l’IRS 2 abrite des équipes de recherche fondamentale travaillant sur les maladies infectieuses dans le domaine de la cancérologie et de l’immunologie. Des chercheurs planchent également sur les biostatistiques.

« Ces personnes étaient un peu à l’étroit dans l’IRS 1 ou dans des locaux vétustes à la faculté de médecine. Elles trouvent ici des conditions de travail confortables, des espaces conçus pour faciliter les synergies entre équipes et quelques nouveaux équipements à la pointe », explique Anne-Catherine Chasles, responsable des IRS.

Mélange du public et du privé

Juste à côté, relié par une terrasse commune, l’immeuble Biotech héberge, lui, des laboratoires pour recevoir des équipes de recherche en thérapie génique ainsi que des espaces dédiés à l’accueil d’entreprises privées spécialisées en biotechnologies. La société Ose immunotherapeutics (20 collaborateurs) est la première installée. Cinq autres l’imiteront d’ici un an.

« L’accueil dans les mêmes locaux de chercheurs publics et privés facilite les échanges et enrichit nos recherches. Cela permet aussi d’amortir les coûts d’équipements », est convaincu Anne-Catherine Chasles.

CHU mais aussi facultés, écoles, instituts..

Les deux bâtiments ont coûté au total plus de 22 millions d’euros, financés par l’Etat, les collectivités et l’Europe.

>> A lire aussi : EN IMAGES. Nantes: A quoi ressemblera le nouveau CHU construit sur l'île

Au-delà du nouvel hôpital, qui regroupera les sites Hôtel-Dieu et Laënnec, les facultés de médecine et d’odontologie, les écoles paramédicales du CHU ainsi qu’un nouvel institut recherche rejoindront, eux aussi, ce nouveau « quartier de la santé » d’ici à 2026.

Les travaux de construction du nouveau CHU devraient débuter en 2020. Le Marché d'intérêt national (MIN) aura auparavant déménagé.