Des défibrillateurs à portée des passants

H. Hamelin - ©2007 20 minutes

— 

Pour éviter les infarctus mortels, la ville de Nantes a mis en place depuis hier dix défibrillateurs publics dans des lieux fréquentés du centre-ville. « L'espérance de vie de quelqu'un qui fait une crise cardiaque en pleine rue est de dix minutes. C'est souvent trop court pour que les pompiers arrivent », souligne Hélène Lepoivre, médecin directeur de la santé publique nantaise. Installé dans une boîte accessible dans la rue, le défibrillateur portatif possède deux électrodes qui, une fois placé sur le torse du patient, déclenchent un choc électrique. L'appareil calcule le rythme cardiaque et juge lui-même de la nécessité d'envoyer la charge électrique.

« Lorsque vous décrochez le défibrillateur pour aller secourir quelqu'un, la boîte appelle directement les pompiers, et c'est eux qui vont expliquer par téléphone comment faire un massage cardiaque », rapporte Hélène Lepoivre. On enregistre entre 100 et 150 infarctus mortels par an à Nantes. Les défibrillateurs publics serviront principalement à des personnes ne se connaissant pas de problèmes cardiaques. Ils seront tous en état de marche vendredi.