Nantes: Déjà 15 entreprises pour financer l'Arbre aux hérons

CULTURE La structure, qui doit s'installer à la carrière Miséry, doit coûter 35 millions d'euros...

Julie Urbach

— 

Dessin du projet d'Arbre aux hérons réalisé par Stéphan Muntaner pour les Machines de l'île.
Dessin du projet d'Arbre aux hérons réalisé par Stéphan Muntaner pour les Machines de l'île. — F.Brenon/20Minutes

Il ne sera pas achevé avant 2021 au plus tôt. Et d’ici là, il faut mettre la main à la poche. Déjà 15 entreprises du territoire se sont engagées à participer financièrement au projet d’Arbre aux hérons, a indiqué le directeur des Machines de l’île Pierre Orefice ce mardi, en marge d’une conférence de presse dédiée à la nouvelle édition de Noël aux Nefs.

La construction de cette structure métallique de 35 mètres de haut, dont le feu vert avait finalement été donné cet été avec le choix du lieu (la carrière Miséry, dans le Bas-Chantenay à Nantes), va coûter 35 millions d’euros. L’aménagement d’un « jardin extraordinaire » est aussi prévu.

>> A lire aussi : A quoi ressemblera l'Arbre aux hérons?

50.000 euros la branche

Si Nantes métropole et d’autres partenaires publics vont participer, un tiers de cette somme, auquel il faut rajouter 2 millions d’euros pour les études (un total de plus de 12 millions d’euros), doit être financé par des fonds privés.

« On a proposé aux entreprises de parrainer les 22 branches végétalisées de l’arbre, pour la somme de 50.000 euros chacune, détaille Pierre Orefice. Quinze sont déjà attribuées, sans compter le Crédit Mutuel qui est un parrain plus important. Nous sommes en pourparlers avec quatre autres entreprises. C’est très bien parti. » Dans la liste figurent le groupe Keran, la Fraiseraie, l’aéroport de Nantes, ou encore Idea industrie, spécialisé dans la chaudronnerie.

>> A lire aussi : Feu vert pour l'Arbre aux hérons qui s'installera à la carrière Miséry

Le reste sera financé par de futurs mécènes (sans les contreparties dont pourront bénéficier les entreprises partenaires, comme des soirées privées) mais aussi par les Machines elles-mêmes qui devraient participer à hauteur de 8 millions d’euros. « Un prêt qui sera remboursé en 20 ans quand la fréquentation des Machines aura atteint un million de visiteurs, grâce à l’Arbre aux hérons », calcule le directeur. Une opération de financement participatif auprès du grand public est également prévue.

Une soirée à la carrière Miséry en 2017

En attendant, les Machines et la métropole travaillent à « la mise au point d’un montage juridique solide » pour démarrer les études en 2017. Quant à la carrière Miséry, avant que les premiers coups de pelleteuses ne démarrent, pas avant 2018, elle accueillera le 30 juin 2017 les Nantais pour une soirée anniversaire spéciale. « On fêtera la première sortie de l’éléphant de l’atelier, il y a 10 ans, mais aussi les dix années à venir, dont une partie se déroulera de l’autre côté de la Loire. »