FC Nantes: René Girard sort de son silence, Waldemar Kita en prend pour son grade

FOOTBALL L'entraîneur nantais, qui a été licencié il y a à peine quinze jours, s'est confié à Canal + Sport ce lundi soir...

David Phelippeau

— 

Le président Kita et l'ancien coach nantais René Girard.
Le président Kita et l'ancien coach nantais René Girard. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Il a choisi Canal + Sport pour asséner ses vérités. René Girard s’est confessé, ce lundi soir, sur sa courte expérience nantaise. Le technicien, arrivé cet été sur le banc du FCN, a été licencié au lendemain de la déroute (0-6) des Canaris contre Lyon le 1er décembre.

>> A lire aussi : FC Nantes: René Girard, c'est fini, un coach étranger priorité de Kita

« Je perçois ça d’abord comme un échec, a avoué Girard, installé dans son canapé. C’est assez terrible de vivre ça, je ne l’avais jamais vécu en tant qu’entraîneur. Je n’avais vécu que des bonnes choses, aujourd’hui, je vis quelque chose d’assez compliqué. »

Il s’excuse auprès des supporters

L’ancien entraîneur nantais a eu une pensée pour le public nantais, qui l’aura finalement plutôt épargné malgré les très mauvais résultats. « Je voudrais m’excuser auprès des supporters car on a fait une première partie qui était très moyenne. J’ai fait quinze matchs avec un capital assez insignifiant [13 points]. Je tenais à m’excuser car on aurait pu offrir autre chose à notre public. »

>> A lire aussi : Après la claque lyonnaise, le FCN a décidé de se murer dans le silence

Il a ensuite fustigé son ancien président Waldemar Kita, qui répète à l’envi que René Girard a demandé à partir car il sentait que le groupe l’avait lâché… « Il [Kita] est fort pour retourner les choses en sa faveur. Après le match de Lyon, on a discuté tout simplement et je lui ai demandé s’il sentait que le message passait moins bien et s’il y avait un problème. Je lui ai dit de prendre ses responsabilités et de prendre une décision si elle s’imposait. Cela a été chose faite dès le lendemain matin. J’ai reçu un coup de fil le lendemain matin et on m’a demandé si j’avais un avocat pour régler les problèmes administratifs puisque le président avait décidé de ne pas continuer la route avec moi. »

José Touré, le fou du roi

Girard a poursuivi sa diatribe vis-à-vis de WK, qui affirme encore maintenant que Girard l’a lâché. « Le premier à lâcher, c’était lui, tonne le Gardois. Il m’a berné, j’étais venu avec un projet de club. Nous avons perdu onze joueurs à la trêve et nous n’en avons pris que cinq. Après le mercato, est arrivée l’affaire N’Zogbia [milieu de terrain offensif souhaité par Girard, mais pas par la direction du club]. Elle a été sans doute le déclencheur de tous les problèmes. Charles N’Zogbia était d’accord pour venir, il faisait de gros efforts financiers, mais il a été tellement bien accueilli… Un beau jour, j’ai appris que mes efforts étaient vains puisque Charles avait reçu des coups de téléphone d’un ancien joueur José Touré [responsable de la performance au FCN] qui est un peu le fou du roi et qui par-derrière a démonté ce que je faisais, moi, à l’endroit. »

Kita, un menteur

René Girard a compris à ce moment-là que ça devenait très compliqué pour lui au FCN. « Moi, j’ai dit au président qu’il était hors de question de fonctionner comme ça. C’est le genre de situation qui coupe vite la confiance entre les uns et les autres. Au pays des menteurs, les menteurs sont rois. Kita est un menteur, oui ! »