Saint-Nazaire: Le Queen Mary 2 fera son retour en juin pour une course folle

NAUTISME Le paquebot né aux chantiers navals nazairiens défiera quatre trimarans dans une transatlantique finissant à New York...

Frédéric Brenon

— 

Le Queen Mary 2 (ici à Sydney) partira de Saint-Nazaire en direction de New York.
Le Queen Mary 2 (ici à Sydney) partira de Saint-Nazaire en direction de New York. — SIPANY/SIPA

On l’appelle « The Bridge » ou la « transat du centenaire ». Le 25 juin 2017, une course folle s’élancera de Saint-Nazaire à l’occasion du centième anniversaire du débarquement des soldats américains à la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918). Elle opposera le célèbre paquebot Queen Mary 2 à quatre trimarans géants skippés par des stars de la voile :  François Gabart, Thomas Coville, Francis Joyon et Yves Le Blévec. Objectif : rallier le plus vite possible le port de Verrazano à New York.

L’épreuve, présentée officiellement mardi à Saint-Nazaire, sera accompagnée de nombreuses festivités musicales et sportives, en France comme aux Etats-Unis. Des animations sont par exemple programmées à Nantes où les quatre voiliers seront amarrés une semaine avant le départ au large.

Près de 3000 passagers à bord

« C’est un défi un peu fou, majestueux, qui signera le grand retour du Queen Mary 2 à Saint-Nazaire. Ce sera aussi l’occasion merveilleuse de mettre en lumière 100 ans de fraternité entre deux continents, 100 ans de l’influence de la culture américaine sur notre territoire. Ce sera le centenaire de l’arrivée du jazz en Europe et des sports américains, dont le basket », s’enthousiasme Damien Grimont, organisateur d’événements nautiques et concepteur de « The Bridge ». Le basketteur Tony Parker sera le parrain de la course.

>> A lire aussi : Trophée Jules-Verne: Francis Joyon dans les starting-blocks à Brest

Le Queen Mary 2 ne s’élancera pas à vide. Ses cabines seront en effet louées aux entreprises et particuliers (2640 passagers au total) qui profiteront de l’événement pour effectuer une croisière mémorable. Les pré-réservations sont d’ailleurs ouvertes.

Treize ans après le drame de la passerelle

Sur le papier, le géant d’acier (345 m de long, 72 m de haut), dont l’arrivée à New York est prévue le 1er juillet, est quasiment sûr de l’emporter face aux multicoques. Mais un fort vent pourrait en décider autrement. « Selon les statistiques, il y a 10 % de chance que le Queen Mary 2 soit battu », sourit Damien Grimont.

Né aux chantiers navals de Saint-Nazaire, le Queen Mary 2, propriété de l’armateur britannique Cunard, n’est plus revenu dans la cité portuaire depuis son triste départ le 22 décembre 2003. Cinq semaines plus tôt, le 15 novembre, l’effondrement d’une passerelle avait fait 16 morts et 29 blessés. Un drame resté dans toute la mémoire à Saint-Nazaire.