Lycéens et étudiants sur le pied de guerre

Hugo Hamelin

— 

Alors qu'une douzaine de lycées de l'agglo étaient bloqués, près de 3 000 élèves, dont quelque 300 étudiants, ont manifesté hier dans les rues de Nantes pour s'opposer à la loi sur l'autonomie des universités. Trams bloqués, forte cohésion et banderoles hostiles à la réforme, tous les ingrédients d'une mobilisation massive étaient réunis. « Je suis ici pour défendre les valeurs de la France. L'égalité des chances ou la gratuité pour tous dans l'éducation sont des principes pour lesquels on doit se battre. Quand je vois la mobilisation d'aujourd'hui, je suis sûre qu'on peut changer quelque chose », témoigne Juliette, élève du lycée Guist'hau.

Quelques rues plus loin, une dizaine d'étudiants contre le blocus s'indignent : « Le discours des bloqueurs est trop politisé. Ils perdent de vue l'aspect technique de la loi et se radicalisent de jour en jour. Espérons que le mouvement s'essouffle. » En fin d'après-midi, la manifestation des pro blocus s'est achevée dans la confusion devant le rectorat. Deux lycéens et deux policiers ont été blessés lors d'affrontements. Au moins cinq jeunes ont été interpellés.