FC Nantes: «S'il faut être le méchant, je le serai sans problème...», tonne Rémy Riou, très en colère

FOOTBALL Après la 9e défaite (2-0) de la saison des Canaris à Guingamp, le portier nantais est sorti de ses gonds...

David Phelippeau

— 

Le gardien et capitaine nantais Rémy Riou.
Le gardien et capitaine nantais Rémy Riou. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Il est le seul à être allé s’expliquer avec les supporters à la fin du match. Le seul à s’être exprimé devant les médias quelques minutes plus tard en zone mixte. A l’issue de la 9e défaite (2-0) de la saison des Canaris (19es de L1) à Guingamp, le gardien de but et capitaine nantais Rémy Riou a assuré le SAV en solo. Vers 22 h 30, furieux, il avait des messages à faire passer devant les micros.

>> A lire aussi : FC Nantes: Monsieur Waldemar Kita, le moment est venu d’enfiler le survêtement, non ?

Quel est votre sentiment après ce nouveau revers ?

Je suis très énervé contre mes partenaires. Il faut qu’on grandisse un peu et un peu plus vite. Il faut qu’on voie des hommes sur le terrain. C’est comme dans la vie, on récolte ce que l’on sème à un moment. Comme on joue avec la trouille et qu’on est des petits garçons, forcément, on le paie cash.

Pensez-vous que la discussion que vous avez eue avec certains fans à l’issue de la rencontre peut porter ses fruits [la tribune Loire n’encourage même plus ses joueurs depuis deux matchs] ?

Je verrai samedi [réception de Caen], mais on a besoin de tout le monde en ce moment. C’est une période difficile, c’est le message que j’ai passé aux supporters. Ils avaient leurs revendications, mais je leur ai dit qu’on avait besoin de leur soutien.

Vous y êtes allé seul…

C’est une ambiance compliquée en ce moment. Je peux comprendre que mes partenaires rentrent vite aux vestiaires car ça fait mal de perdre comme ça. C’était une décision personnelle. Moi, je me remets en question tous les jours. Je me dois d’aller vers eux car ils ont toujours été là depuis que je suis au club. C’est important de leur rendre la pareille car on a besoin de tout le monde. Il faut que la Beaujoire redevienne imprenable comme elle a pu l’être par le passé, mais ça passe par un autre état d’esprit de notre part aussi.

Qu’est ce qui ne va pas ?

C’est un problème collectif et je m’inclus dedans. Ce soir, on a manqué d’agressivité. On doit montrer un autre état d’esprit. On doit être des hommes sur un terrain. Il faut assumer ces actes. On s’est mis dans cette situation comme des grands. Il va falloir s’en sortir par nous-mêmes. Personne ne nous aidera, mais il faut respecter les gens qui sont derrière nous.

Vous avez haussé le ton à la pause ?

J’ai poussé un coup de gueule à la mi-temps. Quand on parle calmement les messages ne passent pas donc on élève un peu la voix. S’il faut en arriver là et être le méchant pour booster tout le monde, je le serai sans problème. J’ai envie de m’en sortir, je veux que le FC Nantes s’en sorte. Je ferai tout mon possible pour ça.

Le changement de coach (Girard viré jeudi et remplacé par intérim par Mao) n’a pas créé d’électrochoc ?

Il faut se regarder dans un miroir avant de parler d’électrochoc. C’est bien gentil de mettre la faute sur les coachs, mais on a tous une grosse part de responsabilité. René [Girard] était un très bon coach donc ça veut dire qu’il y a un malaise autre part.

>> A lire aussi : FC Nantes: René Girard, c'est fini, un coach étranger priorité de Kita