FC Nantes: Monsieur Waldemar Kita, le moment est venu d’enfiler le survêtement, non ?

LETTRE OUVERTE Si ça se trouve, ça marcherait...

David Phelippeau
— 
Waldemar Kita, roi du jonglage
Waldemar Kita, roi du jonglage — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Monsieur Kita, vous aviez prévenu à votre arrivée en 2007 : « Je n’aurai jamais confiance en un entraîneur… » Bravo, vous avez mis vos actes en adéquation avec vos paroles. Jeudi soir, vous avez lourdé votre dixième coach : René Girard. Vous aviez pourtant affirmé il y a encore quelques semaines que le Gardois constituait un profil « parfait » pour votre club. Il était votre choix.

Samedi, un onzième coach (Philippe Mao, entraîneur de la réserve) va s’asseoir sur le banc depuis votre arrivée en 2007 (Der Zakarian, Larièpe, Baup, Rohr, Furlan, Gentili, Anziani, Chauvin, Der Zakarian encore, Girard et Mao). Une équipe de foot en somme. Et il aurait de la gueule au passage ce petit onze « vintage » avec Baup dans la cage, Der Zakarian derrière, Rohr et Girard au milieu et Anziani devant.

Monsieur Kita, vous qui commercialisez un produit pour l’allongement des pénis, c’est quoi votre recette pour que les expériences de vos coachs tournent aussi courts ? Quitte à (sans jeu de mots) être audacieux, le moment n’est-il pas venu pour vous d’enfiler le survêtement.

Dans vos affaires, vous êtes un innovateur. Dans le foot aussi, vous l’avez souvent été. Un an après votre arrivée à Nantes, vous n’aviez plus confiance en votre coach Der Zakarian et vous aviez failli inventer le statut d’entraîneur « chapeauteur ». Mais, Henri Michel avait refusé à l’époque de cornaquer son ami Michel Der Zakarian.

En 2008, vous avez métamorphosé un journaliste (Pascal Praud) en « directeur marketing-responsable communication-comédien autour des terrains de la Jonelière-emmerdeur de la presse-spécialiste de la revue de presse du matin ».

Très récemment, vous avez recruté – avec José Touré – un directeur du développement (pardon, directeur de la performance). On ignore encore son rôle exact, mais c’est un ancien de la maison jaune, donc ça fait bien.

Monsieur Kita, notre petit doigt nous dit que vous seriez un entraîneur (doté d’ailleurs d’un diplôme de coach polonais) tourné vers l’offensive. « Devant ! », vous entend-on souvent éructer depuis votre loge pendant les matchs.

Monsieur Kita, tous les amateurs de « vaudevilles » vous remercient pour tous ces moments, mais là, si vous avez l’audace de vous autoproclamer entraîneur du FC Nantes, vous pourriez encore entrer dans l’histoire en étant le premier coach à vous auto licencier…